La Matrice est la structure sociale qui subordonne l’humanité à sa volonté | Neotrouve

La Matrice est la structure sociale qui subordonne l’humanité à sa volonté

[Texte anonyme]

Morpheus : Je vais te dire pourquoi tu es là. Tu es là parce que tu as un savoir. Un savoir que tu ne t’expliques pas mais qui t’habite. Un savoir que tu as ressenti toute ta vie. Tu sais que le monde ne tourne pas rond sans comprendre pourquoi mais tu la sais. Comme un implant dans ton esprit. De quoi te rendre malade. C’est ce sentiment qui t’a amené jusqu’à moi. Sais-tu exactement de quoi je parle ?

Neo : De la Matrice ?

Morpheus : Est-ce que tu veux également savoir ce qu’elle est ?

Neo acquièce.

Morpheus : La Matrice est universelle. Elle est omniprésente. Elle est avec nous, ici, en ce moment même. Tu la vois à chaque fois que tu regardes par la fenêtre, ou lorsque tu allumes la télévision. Tu ressens sa présence lorsque tu pars au travail, quand tu vas à l’église, ou quand tu paies tes factures. Elle est le monde qu’on supperpose à ton regard pour t’empêcher de voir la vérité.

Neo : Quelle vérité ?

Morpheus : Le fait que tu es un esclave, Neo. Comme tous les autres, tu es né enchaîné. Le monde est une prison où il n’y a ni espoir, ni saveur, ni odeur. Une prison pour ton esprit.

 

Qu’est-ce que la Matrice ?

A mon avis, le film Matrix est la meilleure métaphore de notre société pour comprendre pourquoi on laisse le mal organisé et l’oppression exister, je vais donc l’utiliser pour ce propos. Bien que mon interprétation ne soit pas la seule possible, je la crois valide, compréhensible et surtout, elle illustre bien le message que j’essaie de faire passer.

Commençons par définir ce que la Matrice n’est pas. La Matrice n’est pas le monde physique. Autant que je sache, le monde physique est réél et est gouverné sans interruptions par les lois de la physique. La Matrice n’est pas non plus l’internet, même si certains semblent le croire.La Matrice recouvre et trascende ces deux mondes. Elle existe depuis la naissance de la civilisation et continuera à exister jusqu’à son effondrement.

Alors, qu’est-ce donc ? Et bien, c’est compliqué. Tout comme dans le film, il est presque impossible de faire voir l’étendue et la portée de la Matrice à quelqu’un qui ne la voit pas déja pour ce qu’elle est. Quoi qu’il en soit, et à la différence du film, je pense que c’est un impératif éthique que d’essayer de la traduire au sens littéral, même auprès de ceux qui dépendent tellement de la Matrice qu’ils se battraient pour la protéger. Au pire, ils ne comprendront pas, ou ne croiront pas, et continueront leurs petites affaires. En un sens, je crois que Cypher a raison d’en vouloir à Morpheus pour ce qu’il a fait, parce que Morpheus utilise l’illusion et la tromperie pour libérer les gens.

Mais je digresse. La Matrice est la structure sociale qui subordonne l’humanité à sa volonté. C’est une machine qui existe seulement pour se perpétuer elle-même, son influence et son pouvoir, indépendamment des besoins humains. Elle nous isole les uns des autres et de nous-même par la tromperie et fait de nous les moteurs serviles de la puissance économique et politique. Les machines qui vivent de cette puissance sont les institutions : grandes entreprises, gouvernements, écoles, institutions religieuses et même les associations. Toute institution atteint un point dans son développement où sa fonction principale devient d’assurer sa préservation et sa perpétuation, plutôt que de servir les besoins humains. A ce point, elle devient une Machine dans la Matrice. Par exemple, quand ils deviennent des Machines, les gouvernement cessent de servir le peuple pour chercher à étendre leur pouvoir sur lui ; les entreprises préfèrent accroître les bénéfices des actionnaires plutôt que de produire des produits de qualité ou de servir le bien public ; les écoles voient les élèves comme un moyen et non un but ; les religions associent l’appartenance à la salvation (et s’opposent activement aux autres enseignements et aux pratiques indépendantes) ; et les associations et organisations charitatives consacrent un plus grande part de leur budget à lever des fonds qu’à leur objectif initial. Inévitablement, toutes les grandes organisations deviennent des machines. Elles deviennent trop grandes pour l’Humanité.

En plus des Machines auto-perpétuantes indépendantes qui signent la plupart de nos chèques de salaires, la Matrice dispose de certaines grandes corporations et de groupes plus activement sinistres de Machines vivant de son pouvoir et contribuant directement à sa structure. Ces groupes sont le complexe industriel militaire, le complexe industriel politique, le complexe industriel des prisons, le complexe industriel de surveillance, le complexe industriel médiatique, le complexe industriel académique, le complexe industriel de l’agriculture, le complexe industriel pharmaceutique et les principales religions organisées. Toutes les Machines faisant partie des ces groupes oppressent activement l’humanité, ou permettent à l’oppression de persister. C’est dans leurs efforts combinés que la Matrice puise ses plus détestables qualités.

Resister à la Matrice

La résistance est un état d’esprit. La Matrice est conçue pour qu’il soit facile d’accepter ce qu’elle dit et difficile de trouver la vérité parmis les mensonges. Résister à la Matrice recquiert de comprendre ses principes opérationels et postulats, de les rejeter et d’aider les autres à en faire autant.

La Matrice est fasciste, la Matrice est trompeuse, et la Matrice est bureaucrate. La Matrice est, par essence, le règne de l’institution sur l’individu, ce qui implique que les droits de l’individu sont subordonnés à ceux de l’institution. Les individus doivent croire (ou au moins ne pas s’opposer activement à l’idée) que les grandes corporations ont le droit protéger leurs profits par dessus tout et donc, de dicter les règles et la loi. Ils doivent croire que cette loi est juste, morale et apparemment basée sur la raison. Ou alors, ils ne doivent pas se sentir concernés par la loi au niveau personnel. Ils doivent accepter le programme, et être satisfaits de récompenses données à ce titre. Ils doivent faire leurs boulot, payer leurs impôts et être contents de leur salaire (au moins suffisamment pour que leur salaire et la sécurité qu’il procure soient assez attractifs pour ne pas risquer de quitter la Matrice). Rejeter ces croyances est le premier pas dans la résistance à la Matrice.

De plus, les gens doivent être isolés du processus créatif. Ils doivent oublier qu’ils sont capables de produire en tant qu’individus indépendamment d’une grande institution et ils doivent se sentir complètement dépendants du système pour leur fournir ce dont ils ont besoin. C’est le plus souvent en violant ce principe que ceux qui travaillent avec les ordinateurs en viennent à se libérer eux-mêmes ou, au moins, à voir la Matrice pour ce qu’elle est. Bien qu’étant des produits de la Matrice (pour la plus grande partie), les ordinateurs et Internet permettent aux humains de créer des travaux individuels à une échelle globale : médias indépendants, auto-publication, Logiciels Libres, musiques électroniques, infographie, illustration, etc. Les ordinateurs permettent également aux personnes idépendantes de communiquer et de construire des structures sociales au service de l’humain, en dehors de la Matrice.

Cependant, remarquez que les ordinateurs ne sont pas le seul moyen d’accomplir cela, et que la période contemporaine n’est pas la première de l’Exode. Dans les années 60, par exemple, les gens se sont délivrés de la Matrice en masse et ont créé indépendamment art, culture et musique, largement catalysés par les drogues psychédéliques. Malheureusement, la plus grande part de cette structure s’effondra pour un certain nombre de raisons, la principale étant la réaction institutionnelle et légale provoquée par les comportements, considérés comme bizarres et malades, ayant participé à sa construction. Par miracle, cependant, plusieurs des idées principales ont perduré et leur prolifération est largement responsable du fait que je suis aujourd’hui Eveillé et capable de rédiger ce document, aujourd’hui. Il semble que le catalyseur actuel soit une combinaison d’Internet et du psychédélique, encore. Chacun de ces phénomènes apporte un moyen de se déconnecter de la réalité programmée et des postulats de la Matrice et de prendre en main ses perceptions.

Pour perdurer, la Matrice a besoin du contrôle, et dans les sociétés démocratiques, elle maintient ce contrôle en filtrant ce que voient les gens de la réalité au moyen de la télévision et des mass-médias. Intrinsèquement, la Matrice a besoin d’une forme de contrôle de la pensée, mais pas au sens de la science-fiction. A la place, elle obtient une forme suffisamment efficace de contrôle de la pensée en suscitant l’adhésion. La grande majorité du public doit “adhérer”. Ils doivent croire que les médias d’infiormation leur donne une image fidèle du monde. Et dans l’ensemble, ils le croient. Tout ce que les gens normaux savent du monde, ils le savent par la Matrice. Les symboles et les images que la Matrice leur présente sont devenus plus vrais que la réalité elle-même. Pensez au succès de cette abomination qu’est la télé-réalité.

Remarquez que si certains grands médias affichent ouvertement un plan de domination et de contrôle, il ne s’agit pas d’une grande conspiration organisée (comme aucun processus de la Matrice). C’est simplement la manière dont les mass-médias sont organisés. Les mass-médias sont une Machine dont la raison d’être est le profit, et les infos les plus profitables (et les moins chères à produire) sont la musique recyclée et les communiqués de presse préfabriqués des corporations et du gouvernement. De plus, pour préserver leurs revenus, les médias d’information ne peuvent permettre que le public entretienne des opinions qui pourraient menacer l’autorité du gouvernement ou les profits de leurs sponsors, qui sont également des Machines de la Matrice, pour la plupart engagées dans le business de domination et de contrôle. En conséquence, les médias doivent perpétuer le statu quo. Pas de nouvelles, bonnes nouvelles.

Comprendre ce biais des médias est la clé pour se libérer du filtre qu’ils appliquent. Repérez qui sont les publicitaires et les sponsors. Méfiez-vous des communiqués de presse déguisés en journalisme d’investigation. Quand c’est possible, croisez les informations institutionnelles avec des sources d’information alternatives. Bien souvent, ces sources abordent des points qui font voir les évènements sous un jour différent et qui, pour une raison ou une autre, n’ont même pas été mentionnés par les grands médias.

Enfin, et c’est une des aspect les plus importants, la Matrice cherche à identifier et connaître ses membres à tout moment, dans le but de maintenir son contrôle. Elle exige que vous abandonniez votre vie privée pour fonctionner en elle. C’est en brisant cette propriété de la Matrice que nous pouvons vraiment nous libérer d’elle ; pour créer des échanges, des la communication et de la culture, idépendamment de son contrôle.

Bien sûr, la forme ultime de résistance est de se déconnecter totalement de toute forme de dépendance ou d’allégeance au gouvernement et aux institutions ; de sortir de la structure de pouvoir de la Matrice pour consacrer toute sa force de travail aux économies de résistance. C’est cette forme de résistance qui rencontre la plus violente opposition de la Matrice, puisque fournir une force de travail est, à ses yeux, la fonction principale de l’Humanité.

Malheureusement, beaucoup ne peuvent atteindre cette forme de résistance à cause des liens familliaux et sociaux, surtout lorsqu’ils viennent de réaliser l’étendue et la portée de la Matrice. Quoi qu’il en soit, à la différence du film, il est possible de se libérer proressivement plutôt que d’un seul coup, et dans certains cas, cela peut s’avérer plus facile qu’un essai “Tout, tout-de-suite”. Cela commence en se déconnectant. Débarrassez-vous de la télévision, spécialement les informations et la télé-réalité. Vous devriez parvenir à obtenir toute votre information et votre divertissement à partir du web ou de la vie réelle (ou d’un film à l’occasion). Evitez les chaînes de magasins autant que possible : surtout pour l’alimentation. Soutenir les petits (ceux qui font vivre des gens) encourage l’esprit d’entreprise et de business indépendant. Etre et rester sans dettes (surtout des emprunts-arnaques, ou dont la valeur chute rapidement comme les prêts auto) est crucial, car l’endettement est le moyen principal qu’utilise la Matrice pour s’assurer votre soumission. Par ailleurs, si vous êtes salarié, ne pas faire d’heures supplémentaires (ou travailler à temps partiel) peut-être un bon début pour affirmer votre liberté par rapport à la Machine et à l’esprit de compétition entre collègues qui fait de vous un esclave efficace. Cela libérera de grandes quantités d’énergie mentale que vous pourrez consacrer à la résistance.

Partant de là, une forme limitée de résistance dans laquelle vous quittez la Matrice pour de courtes périodes (suffisamment longues pour mener des achats, des échanges et du dialogue avec l’Underground) s’intègre facilement dans la vie d’une personne travaillant sur ordinateur, et fonctionner en consommateur est suffisant pour permettre à l’économie parallèle de fonctionner. De plus, il est possible de rendre ces activités très difficiles à découvrir. Le faire efficacement est le sujet de cet article.

Au cours de votre cheminement, vous allez vous appercevoir que vous développez une ou plusieurs identités séparées, ou pseudonymes. Il est préférable d’isoler ces pseudos les uns des autres le mieux possible. Ils ne doivent pas se connaître, ne devraient pas parler des mêmes sujets ou acheter les mêmes choses, et surtout, ils doivent être efficacement séparés de votre identité réelle. Entretenez plusieurs portefeuilles, sacs, comptes utilisateurs et éventuellement ordinateurs différents. En résumé, développez un ou plusieurs Tyler Durden, mais faites-le sans la folie et le comportement de sociopathe auto-destructeur. Ou avec, si ça aide.

Ceux qui ont l’esprit d’entreprise trouveront facile la transition de cet état à la liberté totale. L’étape suivante est de vous lancer dans les affaires vous-même. Cela n’a pas besoin d’être un business parallèle, mais ceux qui y parviennent peuvent jouir de la satisfaction de subvertir directement la Matrice et de contribuer à affaiblir son emprise sur les gens.

Subvertir la Matrice

Si résister à la Matrice est un acte de rébellion mentale, la subvertir est un acte de révolution sociale. Il faut pour cela comprendre le type de communautés qui existent hors du contrôle de la Matrice. Il faut aussi comprendre ce qui les fait vivre, et si et comment elles affaiblissent la structure et le contrôle de la Matrice, directement ou non. Une fois compris cela, vous pouvez vous aligner intelligeamment parmis les communautés qui affaiblissent activement le contrôle de la Matrice.

La culture de Don

La culture de Don (également connue comme culture de la Gratuité, ou économie de Cadeau) est une structure sociale dans laquelle votre statut est défini par ce que vous êtes en mesure de donner. Il n’exclut pas les autres systèmes économiques et il existe des exemples de culture de Don par dessus le capitalisme, le communisme ou l’économie socialiste .

La culture de Don a permis récemment certains des accomplissements les plus impressionnants de l’humanité, comme la communauté des chercheurs, la plus grande partie du World Wide Web, le mouvement des Logiciels Libres, la recherche de failles en sécurité informatique, et Wikipédia pour ne donner que quelques exemples. L’économie de cadeau semble fonctionner mieux dans le monde numérique, car il y est possible de donner quelque chose sans que le donneur ne perde cette chose.

Quoi qu’il en soit, le projet BurningMan est une énorme tentative pour ramener la culture de Don dans le monde réel, et il y parvient dans l’ensemble. Chaque année, environ 35 000 personnes se regroupent dans la ville de Black Rock City au beau milieu du désert pour se donner autant que possible les uns aux autres. Cet évènement donne une idée de l’époque où l’énergie serait abondante et où l’humanité serait capable de se déplacer entre les étoiles. Evidemment, l’immolation de l’Homme est l’apogée du rassemblement.

Il ne s’agit pas d’une coïncidence. La culture de Don subvertit effectivement les mécanismes principaux de la Matrice. La Matrice subsiste en transformant l’activité humaine en argent, qu’elle utilise pour maintenir son contrôle. La culture de Don, quant à elle, libère l’activité humaine pour le bien de tout ceux qui en bénéficeront. Quand les choses sont données au lieu d’être vendues, le pouvoir et le contrôle apportés par la propriété privée sont éliminés. De plus, dans le cas des logiciels libres, le fait que le droit de le modifier soit donné en plus du logiciel lui-même signifie que des programmes que la Matrice n’aurait jamais écrit d’elle-même sont dors et déja disponibles pour les objectifs de ce guide.

Il est intéressant de noter que même des Machines de la Matrice sont intéressées pour participer à la culture de Don, en particulier le mouvement des logiciels libres. Cela profite à beaucoup d’entreprise et de gouvernements d’avoir une plate-forme commune de référence sur laquelle ils peuvent construire leurs produits et infrastructures propres. Leur coopération dans la création de cette plate-forme commune leur revient beaucoup moins cher que s’ils avaient dû développer cette plate-forme en interne, ou payer une autre entité pour le faire. La combinaison d’une expérience et d’une expertise largement répandues, ajouté à la possibilité de modifier la plate-forme pour effectuer toutes sortes de tâches apporte à tous un système plus performant et moins cher. Dans le monde numérique où les copies ne coûtent rien, la Capitalisme est compatible avec la culture de Don.

Malheureusement, certaines entreprises comme Amazon.com qui réalisent d’énormes bénéfices grace à des logiciels libres, ont pour politique de ne jamais contribuer à la communauté. D’autres symptômes de ce problème sont la guerre que mène Microsoft contre la communauté de la recherche en sécurité, ou la tendance de certains professeurs d’université (bien que payés par l’Etat) à refuser de donner le code source de leurs travaux. Ce Guide présente des méchanismes permettant de renverser cette tendance, ce qui nous amène à l’aspect culturel suivant.

L’anarchie de l’information

Il s’agit d’une structure sociale proche de la culture de Don. L’idée qui sous-tend l’anarchie de l’information est que l’information devrait être aussi largement et librement disséminés que possible. Ses partisants les plus acharnés s’opposent radicalement au principe de la propriété intellectuelle et refusent de reconnaître des lois (ou des programmes) qui vont à l’encontre de la libre circulation de l’information.

Inutile de dire que les Machines de la Matrice ne sont pas adeptes de cette idéologie. A la différence de la culture de Don, qui subvertit indirectement les mécanismes de la Matrice, l’anarchie de l’information s’oppose directement à la perception qu’a la Matrice de la propriété des idées humaines. La dernière décénie a vu un déclin sans précédent de la liberté d’information dû à certains des éléments les plus rapaces de la Matrice. Les Machines de la Matrice tirent maintenant un pouvoir colossal des idées et des contenus numériques. Des exemples récents sont le DMCA (NdT: EUCD en Europe, DADVSI en France), l’extension de la durée de protection en droit d’auteur, la criminalisation à outrance des violations de copyright et les dommages colatéraux qui amènent à criminaliser certaines formes de technologie. Le climat légal concernant la liberté d’expression et l’innovation n’a jamais été aussi sombre.

Cependant, il reste de l’espoir. Le futur a l’air sombre précisemment parce que l’anarchie de l’information est une grave menace contre la source du pouvoir de beaucoup de Machines parasites. A un certain niveau, la Matrice sait que son emprise est ténue. Dès qu’elle en a l’occasion, la Matrice vous dit que protéger la propriété intellectuelle encourage la créativité. Elle a même développé un amusant système de propagande pour promouvoir cette idée, allant même jusqu’à commencer le lavage de cerveau au plus jeune âge.

Tous ces non-sens sont visiblement faux. Les sociétés ont toujours mieux fonctionné quand la communication et les idées étaient ouverts à tous. Il est important de se rappeler que le monde n’a pas toujours fonctionné de cette façon. Ce n’est que quand la caste dirigeante de la Matrice s’est aperçue que les idées et l’expression créative pouvaient êtreconvertis facilement en puissance économique qu’elle se les est appropriés. Les systèmes économiques peuvent et vont s’adapter pour devenir plus profitables aux créateurs humains qu’aux machines qui les possèdent.

Plusieurs chapitres de ce guide sont consacrés à la protection de votre identité numérique et peuvent facilement être appliqués pour contribuer à l’anarchie de l’information et vous inciter à vous diriger vers des modèles de revenus alternatifs ou la culture de Don. Dès qu’une opportunité se présente, ne soutenez pas le système de propriété intellectuelle que la Matrice a mis en place. Plus les créateurs de contenus chercheront à être payés par des moyens alternatifs, plus elle deviendra faible et inapplicable, et son pouvoir s’effritera. Le cancer se nécrose et meurt.

L’économie parallèle anonyme

Toujours là ? Bien. Parce que c’est ici que je vais commencer à creuser. Je dois admettre que c’est plus une idée collective qu’une structure en place. Mais j’ai le sentiment que la réalisation d’une structure de ce type serait un coup mortel à la capacité de la Matrice à maintenir les humains emprisonnés dans ses modèles. Elle permettrait de faire en sorte que la créativité cesse de soutenir la Matrice au profit des exilés.

L’économie parallèle est parfaitement réelle. En fait, on estime que l’économie parallèle représente 15 à 20% du PIB des Etats-Unis, en augmentation. Cela fait en gros 1 ou 2 milliards de dollars par ans pour les Etats-Unis seulement. Presque tous les pays développés ont une économie parallèle de taille équivalente. Cependant, la plupart de ses échanges se faisant dans le monde réel, les estimations sont faits à partir du nombre de billets de banque en circulation.

La Matrice nous donne d’excellentes raisons de créer cette économie. Il a été récemment révélé que le FBI rédige environ 30 000 “National Security Letters”, chaque année. Imaginez comme il doit être facile pour eux de demander la liste de tous les gens ayant acheté un livre particulier sur Amazon, ou des objets “indecents” sur un site web. Amazon classifie déja les centres d’intérêt de ses clients avec des objectifs marketing. Leur système réalise cette classification en temps-réel. Que pourraient-ils dire à propos de livres que vous aimez lire ? Et Google, que peuvent indiquer les mots-clés que vous recherchez et les sites qui vous sont proposés par AdWord ou Gmail ? Google et la plupart des autres moteurs de recherche conservent un listing de tous les mots-clés recherchés par chacun de leurs visiteurs, ainsi que beaucoup d’autres informations. C’est typiquement ces listes qui sont visées par les “National Security Letters”, en particulier, des lettres TELLEMENT VAGUES qu’elles ne VISENT PERSONNE EN PARTICULIER.

L’économie alternative anonyme est juste en train de sortir de terre, et elle reste inaccessible au plus grand nombre. L’idée est essentiellement d’amener le commerce alternatif sur l’internet publique (et/ou un réseau fonctionnant par dessus). Ces activités ont déja lieu, mais les participants prennent trop de risque, que ce soit pour le vendeur, l’acheteur ou le(s) intermédiaires. Ce guide cherche à réduire le risque pour chacune des parties, indépendamment des actions des autres.

Une vraie économie alternative anonyme serait aussi efficace pour subvertir la Matrice qu’une révolution violente, et certainement moins bordélique. Cela permettrait aux gens d’ignorer tous les mecanismes de contrôle et de cesser de contribuer économiquement et politiquement à la Matrice. Plus ces marchés seront largement accessibles, plus ils deviendront important, et plus il sera facile aux gens de chercher du travail hors de la Matrice.

Je fournis les bases nécessaires pour mener ces transactions anonymement dans ce chapitre. Vous pouvez utiliser ces techniques pour être en mesure d’interagir anonymement avec la Matrice. A partir de là, les entrepreneurs qui lisent ceci pourront démarrer une activité et commencer à gagner de l’argent dans cette nouvelle économie, et être ainsi capables d’échapper totalement au contrôle de la Matrice.

Le premier pas vers une economie viable est de créer des marchés pour des objets et des services qui rendent plus facile de quitter la Matrice. Par exemple, si vous êtes particulièrement doué pour créer des identités dans le monde réel, vous pourriez envisager de proposer vos services à d’autres contre rétribution, vous pourriez-même proposer un package complet incluant carte de paiement, adresse mail, documents d’identité et peut-être même une adresse postale correspondant à cette identité. Ou vous pouvez choisir de prendre moins de risques et de vendre des objets permettant aux autres de se libérer comme des tampons officiels, des documents vierges, des encres ultraviolettes, métalliques ou holographiques, et d’autres objets difficiles à obtenir mais nécessaires. Il vaut mieux commencer petit et progresser quand on se sent plus à l’aise.

D’autres marchés pourraient concerner les jeux en ligne, l’hébergement anonyme de sites web, certains médicaments ou des montages électroniques illégaux. Par exemple, la plupart des gens n’ont pas les connaissance pour fabriquer un boitier permettant de voir toutes les chaînes payantes du satellite mais je suis sûr et certain qu’ils en achèterait un s’ils pouvaient. Je le ferais moi-même, si j’avais une télé.

Comme vous le savez, toutes ces choses sont accessibles aujourd’hui, mais pour combien de temps ? Et avec quels risques pour les acheteurs vivant sous des législations moins souples ? Et si certains acceptaient de payer plus cher pour être protégés ? Par exemple, certains consommateurs pourraient être intéressés par le fait de se libérer du fichage marketing et gouvernemental. Ceux qui achètent certains types de livres pourraient préférer éviter qu’Amazon ou qui que se soit n’ait cette information attachée à leur identité réelle.

Un autre service quasi-légal pourrait être un service de remailing postal anonyme pour les gens qui voudraient protéger leur adresse postale de la personne leur envoyant un objet afin d’éviter de figurer dans une base de données en tant que cible marketing et/ou éviter le fichage ou la surveillance en général, ou pour acheter un objet qui n’est pas vendu dans le pays où ils vivent. Typiquement, ce service pourait fonctionner avec un site où on créerait un compte temporaire avec un identifiant unique. Le colis est alors envoyé vers un relais où l’identifiant est lu et une nouvelle étiquette est imprimée sur le colis. Il est alors envoyé vers sa destination et tous les enregistrements électroniques et papier sont détruits. Ca présente l’avantage de permettre aux plus paranoïaques de chaîner plusieurs services de remailing pour plus de sécurité. Ce service ne concurence pas les systèmes de vente par correspondance mais il les complète. Si vous désirez proposer ce service au grand jour, vous devriez envisager de le présenter comme une “solution de bureau virtuel” pour ne pas attirer l’attention. Une technique simple pour vérifier qu’un colis n’a pas été ouvert est de faire un sceau multicolore en mélangeant la cire de plusieurs bougies, photographier le sceau et transmettre la photo par email crypté. La livraison et le paiement peuvent être assurés en utilisant les numéros de suivi normaux de UPS/Fedex/USPS, qui peuvent être cryptés à l’attention de l’expéditeur et détruits ensuite.

La demande pour un système de ce genre ne saute pas aux yeux pour l’instant, mais quand la prochain Patriot Act ou une législation du même genre supprimera tout anonymat pour le courrier, la demande montera en flèche. Ce business présente l’avantage d’être facile à mettre en place et qu’il est possible de démarrer petit sans grand investissement, pour tester la demande. Une fois établi que le business est viable, FedEx et d’autres transporteurs proposent des prix de gros qui peuvent être intéressants, réduisant d’autant le coût supplémentaire pour vos clients.

Poussons cette idée un peu plus et nous arrivons à un marché de “contrats fantômes” ressemblant à un site d’enchères comme Ebay. L’idée générale est que les gens pourraient contacter des personnes douées pour protéger leur anonymat afin qu’elles mènent à leur place des transactions qu’elles ne veulent pas voir liées à leur identité (encore une fois, acheter des livres, des médicaments, des objets vendus seulement à un endroit, hébergement de sites, boitiers électroniques illégaux…). Etant un peu l’inverse d’un détective privé, ces personnes s’occuperaient d’acheter des objets, recevraient et enverraient des colis, donneraient à des oeuvres de charité, transporteraient des objets, joueraient le rôle de représentants ou de commerciaux, transmettraient du courrier, etc. Cela peut déja être fait à la mode guerilla avec de serveurs communautaires d’annonces classées comme Craiglist (où il est possible de louer facilement les services de personnes se trouvant dans d’autres pays et sous d’autres juridictions). L’idéal étant qu’un site dédié soit créé ou chaque “fantôme” aurait un compte (ils pourraient éventuellement payer pour cela, pour soutenir le site et décourager les changements d’identité incessants), complété des appréciations de ses clients, de ses tarifs en fonction de la nature/risque du travail, etc. Les contrats seraient postés par le client en donnant une description générale du travail à effectuer, et les “fantômes” intéressés contacteraient le client en donnant leur tarif. Le client choisit alors un des “fantômes” et lui révèle les détails de la transaction, et les modalités de paiement. Vu la tendance générale à surveiller de plus en plus, beaucoup de gens pourraient être intéressés par ce type de service.

Il existe donc de bombreux marchés potentiellement lucratifs et qui permettraient de créer une structure sociale sans domination ni contrôle. En général, à chaque mécanisme de contrôle correspond un marché pour un objet ou un service permettant d’échapper à ce contrôle. Gardez les yeux ouverts aux opportunités. Si vous avez des idées ou des suggestions, proposez-les afin de contribuer à la réflexion sur les moyens de nous libérer.

Les libertaires ne sont pas des terroristes

Essentiellement, ce guide représente la communauté des hackers qui réclame son indépendance par rapport au règne des institutions. Bien que beaucoup des idées présentées dans ce Guide puissent être trouvées ailleurs, je pense que c’est la première fois qu’elles sont assemblées en un tout cohérent. Il y a 10 ans fut rédigée notre Déclaration d’Indépendance. Ce texte représente une sorte de constitution pour le cyber-espace. Une liste des droits élémentaires que nous réclamons dans notre usage de la technologie.

Parce que l’accusation sera inévitablement portée, je voudrais insister sur la différence entre les libertaires et les terroristes. La résistance et la révolution dont nous discutons ici sont non-violents et ont pour objectif de permettre à un individu de récupérer sa liberté à travers l’anonymat et la vie privée. Les réactionnaires prétendront que les informations données dans ce guide pourraient aider de vrais terroristes, la vérité est qu’ils sont déjà bien entrainés et ont déja prouvé leur efficacité en pratique. De plus, nous parlons de gens qui sont prêts à donner leur vie pour leur cause : des gens dont la famille, les amis, la vie même ont déja été détruits par l’Empire. Rien ne peut les arrêter. Ils n’ont pas besoin de ce guide pour créer de nouvelles identités alors qu’ils peuvent en voler de parfaitement valides. Pas plus qu’ils ne se soucient de la surveillance, puisque la surveillance ne peut pas stopper une mission-suicide. Le pire, c’est que la police doit le savoir. Même en étant généreux avec la présomption d’innocence, toutes les preuves indiquent qu’ils ont simplement utilisé les évènements du 11/09 comme excuse pour une prise de pouvoir lontemps attendue, avec pour résultat une législation qui cible bien plus le citoyen lambda qu’un quelconque réseau terroriste.

Dans une discussion sur Usenet, quelqu’un a avancé l’idée que prendre des mesures pour se protéger de la Matrice pourait servire de prétexte pour introduire des lois et des règles encore plus oppressantes. Je pense que ce n’est pas le cas et que c’est un jugement défaitiste et même dangereux pour plusieurs raisons.

D’abord, la Matrice ne peut pas combattre ouvertement ce comportement, puisque lui prêter attention lui donnerait de la publicité et donc, plus de force. C’est pour cette raison que le filtre médiatique de la Matrice ne permettra pas que soient discutés les éléments d’informations qui mènent aux conclusions de ce Guide. Elle n’aurait aucun intérêt à attirer l’attention sur cette idéologie, même pour la combattre. De plus, ce n’est même pas nécessaire. La Matrice a déja tout ce qu’il lui faut pour passer les lois les plus repressives qu’elle veut, au nom de la protection contre la pédophilie, la drogue et le terrorisme ainsi qu’au nom de la protection des profits des corporations. Comme expliqué plus haut, elle a déja tiré avantage de ces faits, pour ses buts Orwelliens. Le point intéressant est que plus les régulations deviendront ridicules, plus les gens chercheront à les contourner, ce qui renforcera les économies de résistance.

Ensuite, à travers l’histoire, aucun peuple ne s’est vu offrir la liberté. Si on le laisse faire, l’Etat ne fait que monter en puissance. Il n’abandonne jamais le pouvoir aux citoyens gratuitement. Prenez un exemple dans l’histoire où le peupe a établi des droits pour lui-même, et vous verrez que ce fut le résultat d’une longue bataille dans laquelle l’Etat n’a pas eu les ressources nécessaires pour poursuivre le combat. La Prohibition n’a pas été abolie parce que les gens se comportaient bien et qu’ils étaient honètes et sobres, elle l’a été parce qu’ils tombaient ivres-morts, que la consommation d’alcool atteignait des sommets et que l’Etat puritain n’avait plus les moyens de continuer à oppresser cette classe moyenne nouvellement criminalisée. De la même manière, les droits civiques n’ont pas été obtenus parce que les Africains sont restés respectueusement dans leurs rôles désignés, ont accepté gentiment la ségrégation et toléré poliement la discrimination. Ils l’ont été parce qu’ils ont pratiqué la désobéissance civile et la résistance active face à l’injustice.

Je crois en la désobéissance civil et, plus important, en la claire distinction entre la morale et la loi. Je crois qu’il est défaitiste de dire que “si on se comporte bien, ils nous récompenseront et retireront ces lois”. Les lois (DADVSI, LSQ, LSI, etc.) sont déja essentiellement fascistes et vont continuer à devenir plus dures contre les “criminels” et les “terroristes”, réduisant à néant les droits des citoyens au nom de la “sécurité” pour un bénéfice négligeable, à part de hisser le drapeau de Big Brother encore plus haut. La surveillance totale d’Etat a fait partie des objectifs de la Matrice depuis les temps immémoriaux.

Et enfin, je répète que je ne prone pas la violence ou aucune forme de crime ayant une victime. Je prone une structure économique et sociale basée sur l’anonymat (pas nécessairement illégale) qui contrebalance le pouvoir en place et diminue sa capacité à metre en place des lois et des pratiaques fascistes.

A mes yeux, la seule chose qui poussera l’Etat à revenir en arrière sera de s’appercevoir qu’il a criminalisé une vaste portion de sa population qu’il est incapable de contrôler, et que ses lois fascistes n’ont rien fait contre les vrais monstres que sa politique étrangère a créés.

Si elle continue dans cette voie, la Matrice devra faire face à une multiplication des vols d’identité, des infiltrations répétées de bases de données, des réseaux de résistance underground, etc. Ce guide ne recommande pas ces actions, mais elle vont inévitablement se multiplier à mesure que la Matrice continuera à rendre plus facile de voler une identité que d’en créer une nouvelle ou d’échapper à son incessante surveillance.

A ce moment précis, la Matrice est face à deux choix. Elle peut choisir de nous permettre d’être libres et mettre en place des moyens officiels permettant aux gens qui ne supportent plus la surveillance et le contrôle permanents d’interagir anonymement avec le système, ou elle peut choisir de mener une guerre coûteuse contre les libertés individuelles et les droits de l’Homme jusqu’à ce que les gens craquent et quittent le système en masse. Encore.

Mais nous savons déja quel choix la Matrice va faire. Je peux déja voir la réaction en chaîne de la Propagande, le battement de tambour des médias qui fait germer une émotion conçue spécifiquement pour surpasser la logique et la raison. Une émotion que la Matrice va utiliser pour aveugler les masses face à cette simple et évidente vérité : nous allons devenir libres, et elle ne peut rien faire pour nous en empêcher.

Source :  texte d’un freesite (http://freenetproject.org/fr/index.html)
La clef USK du site (il faut installer freenet pour s’y rendre) :
USK@ksmdrH0Sk41MtqNFUc53zPAAgH6yzMi4lcV966o8lp0,ka7BiJ6HffXQIZ4KR0pSbakk~dVehtB7ovz8vNGcLTY
,AQACAAE/matrice/2/matrix.html

(Visited 2 890 times, 5 visits today)

12 Responses to “La Matrice est la structure sociale qui subordonne l’humanité à sa volonté”

  1. 1
    Grrr Says:

    Bon c’est un peu n’importe quoi de systématiquement tout ramener au film Matrix.
    Car cette faiblesse amène à une forme fausse, alors que le fond est bon.
    La matrice n’est pas bonne ou mauvaise, elle EST tout simplement. Maintenant qu’ils y est des entités qui essayent de dominer et d’asservir l’humanité, certe! Mais ils ne font pas moins partie de la matrice que nous. Et ils sont géré par les meme lois, donc pas de panique! Ce qui vaut pour nous vaut pour eux.
    À nous de reprendre la main, tout simplement.

  2. 2
    viper498 Says:

    la matrice est comme un egregore .

  3. 3
    Grrr Says:

    @ viper498:
    Oui sauf que pour un égrégore il est question de finitude dut à la limitation des esprits qui le compose.
    Là, dans ce cas de matrice dont nous parlons, l’infinitude est plutot de mises.

  4. 4
    Neo Trouvetout Says:

    “Bon c’est un peu n’importe quoi de systématiquement tout ramener au film Matrix.”
    oui enfin c’est un peu la thématique principale du site aussi 😉 c’est normal qu’il y ait des “retours aux fondamentaux” de temps 🙂 j’ai trouvé ce texte par hasard il se peut qu’il ne soit pas tout à fait récent mais je voulais qu’il figure en bonne place sur le site car je le trouve bien écrit.
    En plus de ça j’ai réorganisé les tags en sphère dans la colonne de droite il y aura bientôt plus de chiffres suivant quelques découverte gématriques intéressantes. Mais, je précise que toute explication ou interprétation de ce qu’on pense réel est à la base forcément fausse, que ce soit par notre interprétation, par une tradition, ou selon un livre ou un film. C’est comme la gématrie, la matrice des nombres on peut très bien dire qu’il faut pas tout ramener aux nombres. Quant au film Matrix ils n’ont pas inventé le concept de la Matrice, le physicien Max Planck en parlait déjà en 1944. Mais on donne ici une dimension sociale intéressante au concept.
    @+
    Nt

  5. 5
    dotblau Says:

    Très bon texte merci! Des infos pour sotir du système, vivre en autonomie et la création de réseaux seraient bienvenues, ainsi que des méthodes de guerilla au cas où.

  6. 6
    Néo Trouvetout Says:

    Pas forcément Grr du moins en ce qui me concerne j’ai toujours soutenu la faillibilité de la “matrice” et donc sa finitude. La matrice et donc son pouvoir d’illusion et de contrôle dépend directement des capacités du “monde des machines” le grand “ordinateur central”. Hors on suppose qu’il n’existe aucune machine qui a des capacités de calculs infinis…

  7. 7
    aspix Says:

    Hors on suppose qu’il n’existe aucune machine qui a des capacités de calculs infinis…Tu rigole,tu prend une simple merde comme un pentium 4 ca regis un monde virtuel a l infinis comme wordlcraft

  8. 8
    yann Says:

    hum, p4 plante wordlcraft quand il y a trop de personnages … la machine a un calcul lineaire, l’homme, la nature a un calcul polynomial, une capacite quasi illimitee. La pseudo force de la machine est sa specialisation dans le calcul, c’est pour cela que cypher (chiffre) est naturellement complice de la matrice.

  9. 9
    activist Says:

    J’ai pu fini de lire l’article, mais malgré le thème gnagnant de Matrix, cet article m’a OUVERT LES YEUX litéralement.
    C’est dingue mais cela confirme ce que je vis ou vécu depuis deux ans : ne pas dépendre de la TV (je ne regarde plus la tv) confronter les infos des grand médias avec les alternatifs (alterinfo, novopress [je ne suis pas identitaire], f de souche, altermedia, egalite et reconciliation, le reseau voltaire, infowars, radio ici et maintenant, wikistrike par exemple pour le web, Nexus, top secret etc pour les mags ), éveiller la conscience,des gens pas en leur imposant des opinions, mais leur en posant des questions à laquelle ils doivent trouver seuls la réponse… En réalité cette matrice est complètement factice et nous force à devenir accro au téléphone portable, aux MMO, ou jeux vidéos addictifs multijoueurs, aux réseaux sociaux, aux voitures hyper chères qui servent à rien, au luxe qui ne sert à rien etc…
    Merci en tout cas.

  10. 10
    GenOminD Says:

    Je ne ressent pas la matrice telle que décrite.
    Ce que je perçoit de la matrice est ainsi :
    – entre moi (entité abstraite consciente) et mon cerveau, il y a une mémoire
    – entre mon cerveau et mes yeux il y a un nerf optique
    – entre mes yeux et mon environnement, il y a :
    — un environnement imposé : la réalité physique ;
    — un environnement personnel : mon point de vue de la réalité physique à travers vécu ;
    — un environnement systémique : l’ensemble de l’interconnexion des individus, plus généralement des champs magnétiques des espèces vivantes conscientes.

    C’est là qu’intervient l’informatique, la réalité que chacun perçoit peut être lue et interprétée par d’autre, tout peut se mélanger à un point où on devient conscient de cet environnement, de cette Matrice.

    De là :
    – mes yeux ne voient que ce à quoi mon cerveau prête attention (tâches de fatigues, persistance rétinienne comprises)
    – mon cerveau n’interprète que ce qui se trouve en face de moi, au point de vue près

    Sachant cela :
    – je peux prendre du recul par rapport à ce que je vois : le remettre en cause, en cherchant une autre position, un raisonnement, une conscience, un point de vue différent
    – je peux prendre du recul par rapport à moi même : je remet en cause ma façon de penser, de raisonner pour constater que ce que l’on voit, est une parti du reflet de notre mémoire
    – on peut se désolidariser de ce qu’on se souvient et de ce qu’on nous montre

    On se trouve ainsi dans le choix :
    – de se soumettre ou non à ce qui est diffusées comme informations (neuro-marketing, matraquage publicitaire, mensonges géo-écolo-politico-économique, politico-religieux)
    – de se soumettre ou non à notre morale et notre intégrité plutôt à qu’à des lois liberticides
    – de se soumettre ou non à un système économico-esclavagiste plutôt que se rendre le plus possible indépendant

    Je retrouve à la même conclusion que notre confrère de Zone7 : “la véritable révolution est spirituelle.”
    Au détail près, que comme le montre cet article, cette révolution peut se faire concrètement, et pas forcément dans la force et la violence.
    Tout le monde peut pas aller contre le système, contre cette Matrice réductrice, pour eux, il faut marcher à sa frontière, à côté, vivre avec les solutions alternatives qui existent – ou en créer – ou tu du moins garder à l’esprit, qu’on est dans une conscience différente de la conscience de la Masse.
    Rien que cette pensée, cette intention, peut se répéter à l’infini dans l’univers.

    — — —

    “En exprimant une volonté un désir, on met en avant un manque ; en exprimant ce en quoi nous aspirons comme un outils, on met en avant cet outil.” (une retranscription d’une idée d’Abraham Hicks)
    “Dans la certitude, tu projettes ton intégrité dans le futur tandis que dans le doute, tu projettes ton passé dans le présent.” , GenOminD
    “Certaines choses ne changeront jamais Néo, d’autres peuvent changer.” , Matrix
    “La politique c’est éphémère mais une, équation est éternelle.” , Albert Einstein
    “Faire de sa volonté un devoir, c’est se rapprocher de ses rêves” , GenOminD

  11. 11
    theoraphim Says:

    Neo, “Mais, je précise que toute explication ou interprétation de ce qu’on pense réel est à la base forcément fausse, que ce soit par notre interprétation, par une tradition, ou selon un livre ou un film.”…c’est carrément dogmatique!
    ça fait de la matrice un dogme sans sujet, sans créateur?!

  12. 12
    Néo trouvetout Says:

    au contraire c’est le relativisme absolu de toute perception ou croyance qui entraine la liberté et l’harmonie entre les humains. Donc en théorie, ce que je perçois n’est “vrai” que pour moi et encore même pour moi cela reste une illusion. C’est quelque part le contraire des religions ou politiques qui s’autoaffirment “vrai dogme” ou “vrai idéologie” et tendent à l’imposer aux autres.