A Orléans, contre le complotisme, apprendre à s’informer | Neotrouve

A Orléans, contre le complotisme, apprendre à s’informer

Des enseignants et des journalistes de l’association « C’est comme à la radio », sensibilisent des apprentis et des lycéens , au centre de formation (CFA) de l’agglomération d’Orléans (Loiret), au fonctionnement des médias.

En classe, les échanges sont parfois décourageants. Donald Trump est par exemple toujours perçu par certains comme un candidat « anti-système ». « Ce n’est pas encore ça », concède Anne Oger, la journaliste de France Bleu.

[…] Près de deux ans après sa création, la formation, à laquelle une douzaine d’enseignants et journalistes participent, est plus que jamais pertinente. Après l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis, dont la campagne a été dominée par les fausses informations, et alors que les Français s’apprêtent à élire un nouveau président, «il est plus que jamais nécessaire de donner des clés à nos jeunes», insiste Marie-Line Gallegos, ancienne communicante qui s’est reconvertie dans l’enseignement pour « donner du sens» à sa carrière. […]

«A la télévision, ce sont toujours les mêmes infos qui tournent en boucle. Mais quand on va sur Internet, on voit qu’il se passe plein d’autres choses», soupire Charline. Comme la plupart des jeunes rencontrés au CFA, ils mettent un point d’honneur à s’informer «par eux-mêmes ». En tapant des mots-clés dans un moteur de recherche, en faisant défiler les posts sur Facebook ou en consultant des forums, peu importe lesquels. Quand il lit une conversation sur l’une de ces plateformes sur un sujet d’actualité, Samuel parvient mieux à en saisir les enjeux qu’en consultant un article de presse.

« Beaucoup préfèrent les forums parce que c’est leur langage », abonde Sandra Rigault, professeure de français. « Convaincue» que son rôle est d’inculquer la curiosité aux jeunes, l’enseignante de 38 ans au visage encadré par une chevelure frisée les incite à aller plutôt sur les sites de médias reconnus . « Mais ils se disent que ça n’est pas pour eux, que c’est trop compliqué». « La première résistance, c’est que la presse ça fait peur », constate aussi son collègue Patrick Quiles qui déplore que le niveau d’information de ses élèves soit « proche de zéro ». Ce professeur d’économie qui enseigne au CFA depuis 1986 met un point d’honneur à consacrer du temps de cours à leur apprendre à lire la presse : « Un journal, ça s’apprivoise ! ». Et de relativiser : « Moi je me rappelle qu’à leur âge, j’étais comme eux », pas intéressé. […]

Marie-Line Gallegos revendique également cette envie de «donner la parole à tout le monde, sans que personne ne se sente exclu». Et, en cette année électorale, de revenir aux racines du mot « politique ». Qui veut dire impliqué dans la vie de la cité. Une façon également de « redonner de la valeur à ce que veut dire vivre ensemble ».

Enseignants et journalistes sensibilisent des apprentis et des lycéens au fonctionnement des médias. Un reportage de la série Françaises Français.

Source : A Orléans, contre le complotisme, apprendre à s’informer

(Visited 75 times, 1 visits today)

Comments are closed.