Béziers: un homme survit à un arrêt cardiaque de 18 heures  | Neotrouve

Béziers: un homme survit à un arrêt cardiaque de 18 heures 

Un homme de 53 ans a été retrouvé en arrêt cardiaque au bord de l’Orb, un fleuve traversant la cité biterroise. Alors qu’il ne donnait pas cher de sa survie, le service réanimation du CHU du Montpellier a réussi à faire repartir le cœur de la victime après 18 heures d’arrêt.

Les secouristes et médecins de l’hôpital Lapeyronie de Montpellier (Hérault) ont réalisé un miracle. Après des heures d’effort, ils sont parvenus à relancer le cœur d’un homme qui avait cessé de battre depuis 18 heures. Et pourtant, des propres mots de Jonathan Charbit, chef du service de réanimation du CHU, “les probabilités de survie avoisinaient 0%”. Cette prouesse médicale, racontée par le Midi Libre, s’est jouée le 12 mars dernier.

Ce jour-là, un Biterrois de 53 ans est attendu chez lui, après une visite chez son frère. Mais, sans nouvelle de lui, ses proches décident de partir à sa recherche. Ils le retrouvent gisant, inanimé, au bord de l’Orb, un fleuve héraultais.

La température corporelle descendue à 22°C
L’état de la victime est très préoccupant. En arrêt cardiaque, l’homme est aussi en hypothermie, sa température corporelle est passée de 37°C à 22°C. Et pourtant, c’est cette baisse majeure de température qui va lui sauver la vie.

Le quinquagénaire est d’abord transporté au centre hospitalier de Béziers où, pendant plus de quatre heures, les secours vont effectuer un massage cardiaque ininterrompu. Héliporté ensuite au CHU Lapeyronie à Montpellier, le massage s’est poursuivi avec des machines.

Après 18 heures sans aucun battement, le cœur du quinquagénaire se remet doucement à palpiter. Une victoire et un soulagement pour le personnel de l’hôpital montpelliérain qui donnait peu de chance de survie au patient lors de son arrivée.

Un miracle?
La survie de ce patient, bien qu’elle reste incroyable, n’est pas pour autant miraculeuse et s’explique scientifiquement. L’hypothermie, “qui empêchait le cœur de repartir”, a “sans doute protégé le cerveau et les organes vitaux, explique le Dr Charbit. Il y avait des chances qu’il n’y ait pas de séquelles. C’est la grande particularité du dossier”. Les équipes médicales ont ainsi réchauffé petit à petit la victime, ce qui a permis au cœur de repartir.

Ce “cas d’école” fera prochainement l’objet d’une publication dans une revue scientifique internationale, une fois qu’il sera décrypté.

De son côté, le quinquagénaire est toujours hospitalisé et se remet de ses émotions. Mais il a repris des forces et a même pu marcher.

Source : Béziers: un homme survit à un arrêt cardiaque de 18 heures – SFR News

(Visited 208 times, 1 visits today)

Comments are closed.