Introduction à la Noetique | Neotrouve

Introduction à la Noetique

La noétique, du grec noesis, se rapporte en philosophie à la noèse, l’acte par lequel la pensée vise son objet. Parmi ses objectifs principaux on peut mentionner l’étude de la nature et du fonctionnement de l’intellect humain et les liens entre cet intellect et l’intellect divin. C’est pourquoi la noétique a eu souvent des liens très étroits avec la métaphysique. Dans la tradition occidentale la noétique a été très influencée par les théories de philosophes comme Anaxagore, Aristote ou Platon.

Une nouvelle discipline scientifique ?
On comprend dès lors la récupération de ce terme pour désigner une nouvelle discipline à prétention scientifique, actuellement en vogue aux Etats-Unis, qui vise à démontrer que notre esprit influence le monde physique. Dans le roman de Dan Brown, Katherine Solomon est une chercheuse en noétique très active, puisqu’elle a montré que la pensée pouvait affecter « la croissance des plantes, la direction dans laquelle un poisson nage dans un bocal, la façon dont les cellules se divisent dans une boîte de Pétri […], les réactions chimiques à l’intérieur du corps ». Autant d’expériences effectivement entreprises ces dernières décennies, qui ne sont pas en réalité le fait d’un seul chercheur, mais de plusieurs à travers le monde. Car le concept selon lequel la pensée pourrait agir sur la matière n’est pas nouveau.


Laboratoire de Noétique au USA

La noétique est en effet issue de la parapsychologie, une discipline née dans les années 1920 sous l’impulsion du botaniste américain Joseph Banks Rhine, qui étudie les phénomènes « psi » : la clairvoyance, la précognition, la télépathie, la psychokinèse, soit l’influence de l’esprit sur le vivant, le hasard ou la matière physique. Si elle est peu considérée en France, la parapsychologie est en revanche bien développée aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne notamment, où des universités l’enseignent et élaborent des programmes de recherche s’y rapportant. La CIA elle-même s’y est intéressée de près: elle a développé dans les années 1970, et pendant plus de vingt ans, un projet top secret baptisé Stargate, visant à exploiter les facultés de sujets « psi » dans le domaine du renseignement.

NOETIQUE ET PARAPSYCHOLOGIE
En quoi la noétique diffère-t-elle de la parapsychologie? Alors que cette dernière « fait seulement des constatations mais ne fournit pas d’explications », selon le parapsychologue Yves Lignon, la noétique entend apporter un véritable éclairage scientifique aux phénomènes « psi ». Ainsi selon cette nouvelle « science », êtres humains, objets, plantes seraient tous reliés par un vaste champ d’énergie quantique qui leur permettrait de communiquer d’échanger des informations à distance de façon instantanée. Rien de farfelu dans cette théorie selon ses défenseurs, qu guent qu’elle serait directement issue prédictions de la mécanique quantique une science des plus sérieuses et des incontestables. Une assertion qui mérite néanmoins vérification. « Nos pensées sont des objets, des entités observables dotées d’une masse observable […]. Elles peuvent générer une force gravitationnelle […] et affecter la réalité physique de notre monde  » peut on lire dans le dernier ouvrage de Dan Brown, « Le Symbole Perdu). Pour la journaliste amércaine Lynne McTaggart – l’une des ferventes porte-parole des « noéticiens » dont l’ouvrage La Science de l’intention est cité dans le roman de Dan Brown -, il suffit de se plonger dans le monde de l’infiniment petit et de regarder comment se comportent et interagissent les particules subatomiques pour comprendre comment la pensée peut agir sur la matière. Et d’évoquer dans son livre l’une des propriétés les plus intrigantes de la mécanique quantique: l’intrication, encore appelée enchevêtrement. « Dès l’instant où des particules subatomiques comme des électrons ou des photons ont été en contact, écrit-elle, elles […] s’influencent instantanément les unes les autres à tout jamais, quelle que soit la distance les séparant.  » D’où l’extrapolation selon laquelle toute matière serait interconnectée et potentiellement « intriquée » d’un bout à l’autre du cosmos. Plongés dans un vaste champ d’énergie quantique, nous établirions en permanence des connexions invisibles avec des choses éloignées et, finalement le pouvoir de notre pensée pourrait être capté par quelqu’un d’autre à des kilomètres de nous.

CULTURE ET REVOLUTIUON NOETIQUE

Que s’est-il donc passé ? Nous vivons les temps de la réalisation de la prédiction de Pierre Teilhard de Chardin quant à l’émergence, au départ de la sociosphère humaine (précédée de la lithosphère et de la biosphère), d’une nouvelle « couche » sur l’oignon terrestre : une couche abstraite faite de connaissances autonomes et reliées entre elles par des réseaux infinis. Cette couche, Vladimir Vernadski l’appela la « noosphère » : l’évolution cosmique est passée successivement de l’Energie à la Matière, de la Matière à la Vie, et passe, maintenant, de la Vie à la Pensée (donc à la connaissance). C’est la révolution informatique qui a permis l’accélération contemporaine de cette émergence noosphérique. Cette même révolution informatique, avec, pour parangon actuel, le phénomène Internet, a également enclenché une révolution de fond, paradigmatique (au sens de Kuhn) : nous passons de l’âge « moderne » à l’âge post-moderne, de la société des objets et de la consommation à la société de la connaissance et de l’information, d’une économie industrielle à une économie immatérielle, d’un pouvoir de l’argent à un pouvoir du talent, d’une vision mécaniste et réductrice du monde à une vision organique et holistique du monde. C’est cela qu’on appelle la « révolution noétique ». Elle avait également été prédite par Henri Bergson, Albert Einstein, Werner Heisenberg, etc. et elle a déjà été décrite par Edgar Morin, Ilya Prigogine, Trinh Xuan Thuan, Ervin Laszlo, Hubert Reeves, Jacques Lesourne, Henri Atlan, et bien d’autres…

Selon Marc Halévy-van Keymeulen (www.Noetique.eu) « L’histoire de l’homo sapiens s’étend sur une période de 10.000 ans entre deux révolutions. Il y eut la révolution néolithique ; il y a la révolution noétique.

La révolution néolithique a fait sortir l’homme de la biosphère par l’émergence de la culture.
Emergence de la culture au sens d’élevage et d’agriculture : toutes les autres technologies en découlent, le moteur à vapeur de la révolution industrielle n’étant jamais que le rejeton des amours de la roue et du feu.

Et concomitamment, émergence de la culture au sens des superstructures sociales et intellectuelles selon trois modes : le mode chinois autour du processus oraculaire (le Yi-king), le mode aryen autour du récit mythologique (les Védas, Homère et Hésiode) et le mode sémitique autour des codes moraux (Hammourabi et Moïse).
Trois réponses à la relation rompue d’avec la Nature, respectivement : les Forces de la Terre (cosmocentrisme), les Dieux du Ciel (théocentrisme), les Lois des Hommes (anthropocentrisme).

La révolution noétique, elle, pousse l’homme à sortir de sa propre sociosphère pour le faire entrer dans la noosphère.

Le phénomène humain devra/pourra donc se libérer des sociétés et lois humaines pour s’accomplir dans les espaces immatériels de la création.
L’homme ne sera plus un animal social : l’a-t-il d’ailleurs jamais été, puisque dès qu’il en a les moyens, en temps et en argent, il fuit l’autre vers des villégiatures retirées ? Le fait sociétal fut sans doute un mal nécessaire, facteur de survie, mais bâti sur l’appropriation et la violence qui l’accompagne ; il doit être dépassé.
La relation avec la Nature sera restaurée, mais à un niveau supérieur : il ne s’agit nullement d’un « retour » régressif à la Nature mais d’une sublimation progressive de le Nature au sein d’un ordre unifié où s’intègrent la Terre, le Ciel et l’Homme. » (www.Noetique.eu)

LA NOOSPHERE ou LE MONDE DES IDEES

La noosphère, concept forgé par Vladimir Vernadski, et repris par Pierre Teilhard de Chardin, serait le lieu de l’agrégation de l’ensemble des pensées, des consciences et des idées produites par l’humanité à chaque instant. Cette notion, qui repose généralement sur des considérations plus philosophiques que scientifiques, fut l’objet de débats assez vifs et reste associée à une forme de spiritualisme aujourd’hui assez marginal. On peut la rapprocher des notions de géosphère, de biosphère ou encore d’infosphère.


La Noosphère

Teilhard de Chardin a développé sa vision d’une humanité en voie de « planétisation ». C’est la vision d’une humanité dont l’imaginaire, les pensées, les idées, les découvertes, en d’autres termes le psychisme ou la conscience tissent progressivement une « noosphère » de plus en plus serrée et dense, génératrice de toujours plus de conscience, et d’une conscience de plus en plus solidaire, de plus en plus planétaire. Par « noosphère », Teilhard désigne le milieu, ou la dimension, de pensée et de conscience qui, depuis le début de la vie sur terre a progressivement évolué pour finir par envelopper et imprégner toute la biosphère, à la manière d’une autre atmosphère, faite cette fois non pas d’oxygène, mais de psychisme. Parce que l’humanité se multiplie et se répand sans cesse à la surface d’une terre limitée géographiquement, Teilhard voit les humains se resserrer les uns sur les autres, et cette densification de l’humanité équivaut pour lui à une densification de la noosphère, donc une intensification de la conscience. Cette densification progressive amène à un retournement sur elle-même de la conscience, phénomène que Teilhard appelle « le Réfléchi ». Il voyait l’humanité prendre progressivement conscience d’elle-même et de ses possibilités sur une terre rendue de plus en plus petite sous l’effet de la croissance d’une population humaine toujours plus serrée sur elle-même, donc plus « échauffée » psychiquement, donc plus consciente d’elle-même. Si l’on a pu rapprocher son concept de « planétisation » de la Mondialisation, on peut aussi opposer le Mondialisme destructeur avec l’émergence d’une nouvelle Conscience Globale constructrice et libératrice.

Selon Marc Halévy-van Keymeulen (www.Noetique.eu) « La noosphère est définie comme le monde des idées, des « eidos » qui sont les formes, il ne s’agit pas du tout du monde des Idées de Platon, il s’agit même de son radical contraire.
Les idées noétiques ne sont ni immuables, ni absolues, ni a-priori

Elles ne sont pas immuables parce qu’elles sont vivantes, parce qu’elles naissent, vivent et meurent au gré des paradigmes ou, simplement, des interprétations successives qu’on leur donne à chaque visite.
Elles ne sont pas absolues parce qu’elles ne vivent qu’en relation avec d’autres idées au sein de systèmes et de réseaux complexes et évolutifs, au fil des connexions qu’elles établiront ou perdront avec d’autres idées.
Elles ne sont pas a-priori puisqu’elles émergent peu à peu, émanations successives du processus pensant, du processus noétique créateur d’idées.

La Noosphère est le lieu d’une dynamique, d’une fermentation créative permanente se nourrissant à la fois des vécus bruts venant des couches inférieures et des opérations d’association et de structuration appliquées aux idées elles-mêmes.
Ces opérations sont de multiples natures et leur étude est précisément l’objet de la noétique qui, ainsi, s’incorpore les études neurobiologiques et les techniques de créativité.

L’idée comme être immatériel : elle est effectivement abstraite, dématérialisée, informationnelle, mais cela ne signifie nullement qu’il faille sombrer dans les dualismes anciens qui séparaient ontologiquement la Matière et l’Esprit ; il ne s’agit nullement de cela car il ne peut y avoir d’idée sans support pour l’exprimer et la mémoriser, sans cerveau pour la penser et la créer. La noosphère est souchée sur le monde matériel, enracinée en lui comme l’arbre dans le sol ; elle y puise sa « nourriture » dans les cerveaux humains, ces systèmes neurobiologiques bourrés de molécules, d’atomes et d’énergie, bourrés d’archétypes et de présupposés acquis.

L’Esprit est de la Matière spiritualisée, comme dirait Teilhard de Chardin, de la Matière en voie de spiritualisation, une étape dans le processus cosmique de complexification. Mais il n’y a là aucune séparation du monde en deux mondes étanchément distincts. Ce point est capital parce qu’il s’oppose radicalement à tout platonisme, à tout idéalisme : même s’il y a effectivement saut de complexité et passage à un mode d’être radicalement autre, il y a continuité ontologique au sein de l’Être.
L’Esprit émane de la Matière comme la Matière émane de l’Energie, sans qu’il y ait rupture.
Bien plus, métaphysiquement, toute l’histoire de la complexification cosmique indique que l’émergence de chaque nouvelle couche, de chaque nouveau saut de complexité, de chaque échelon de l’échelle cosmique, ne fait qu’activer des potentialités déjà présentes, mais latentes.
Il a fallu que la sociosphère élabore des langages suffisamment développés pour qu’apparaisse l’embryon de la noosphère, l’embryon de l’Esprit, mais l’Esprit était déjà intensément présent dans l’Energie et la Matière et la Vie qui lui ont permis de s’actualiser.

L’EMERGENCE D’UNE NOUVELLE HUMANITE

L’homme, après s’être libéré des dangers de la Nature sauvage, a désormais la possibilité de se libèrer, de l’emprise de la Machine (emblème et modèle mécaniste de la Modernité) et de l’Objet (emblème de la société mercantile de la consommation) pour entrer dans l’ère de la connaissance et de la pensée créative.
« Notre société est en train de muter de l’économie matérielle (de l’objet) à l’économie immatérielle (de l’idée), de la société industrielle (de la consommation) à la société noétique (de l’intelligence), d’une structure mécaniste (hiérarchie) à une structure réticulée (réseau).
L’intention moderne était la libération de l’homme. L’intention nouvelle est le dépassement de l’homme, qui n’est plus le centre du monde et doit (ré) apprendre à vivre avec la (sa) nature. » (www.Noetique.eu)


Cette révolution noétique induit déjà des changements comportementaux et sociaux fondamentaux. C’est ce que les sociologues américains Paul Ray et Sherry Anderson ont appelé : L’Émergence des créatifs culturels (Ed. Yves Michel – 2001). En deux mots, hors de la bipolarité classique entre « modernistes » (tenants du progrès technologique, de la consommation effrénée et de l’euphorie hédoniste) et « traditionalistes » (tenants du « bon vieux temps » et de toutes les nostalgies morales, idéologiques et religieuses), les enquêtes menées montrent la montée d’une troisième force (qui représente entre 25 et 30% des populations adultes aux États-Unis et en Europe). Cette troisième force, les créatifs culturels, déploie une conception du monde et de la vie qui, probablement, deviendra bientôt dominante.
On y trouve les valeurs principales suivantes : autonomie sociale, respect actif de la nature et de l’environnement, spiritualité libre, accomplissement de soi, défiance politique (leur devise serait : ni à gauche, ni à droite, mais en avant ! Ou, de façon positive: en avant marche !, multi-activités et multi-appartenances, nomadismes , solidarités sélectives, désurbanisation, médecines douces et diététiques étudiées, réhabilitation du corps, réactivation du « cerveau droit » en plus du « cerveau gauche », etc…
Le monde des hommes est imparfait, provisoire, insatisfaisant …
Selon Marc Halévy-van Keymeulen (www.Noetique.eu), « tous les utopistes, tous les révolutionnaires, tous les idéalistes depuis longtemps ont cherché à le transformer … non seulement sans succès, mais souvent en engendrant le pire : la souffrance, la douleur, la torture des chairs et des âmes, les prisons, la violence, la misère et la mort.

Il ne s’agit plus de refaire le monde.
Il ne s’agit pas de parfaire le monde des hommes, mais de le dépasser.
Le dépasser … ni le nier, ni le renier, ni le fuir …

Il s’agit de construire un nouveau monde non à la place du monde humain, mais au-dessus de lui.
Comme l’arbre pousse de la terre, sur la terre mais hors de la terre.
Il s’agit d’induire une émergence nouvelle.
Il s’agit de faire germer un autre monde à partir de ce monde-ci, ni contre lui, ni en lui, ni pour lui, mais au-delà de lui.

La noosphère surgit et émane de la sociosphère en la dépassant, en prenant son envol en d’autres espaces, selon d’autres structures, selon de nouvelles modalités.
Ni coupure, ni césure, ni rupture.
Continuité absolue dans la différence absolue.

Il ne s’agit pas de réinventer le monde.
Il s’agit d’inventer de nouveaux espaces et de nouveaux temps. »

L’Expérience Ultime a déjà commencé, le saut quantique dans la conscience humaine est sur le point de se produire.

http://www.noetique.eu/
http://www.hronoya.org/
http://fr.wikipedia.org/wiki/No%C3%A9tique#Une_culture_no.C3.A9tique_.3F
Science & Vie Hors Série : Dan Brown le Symbole perdu, La contre Enquète,

(Visited 827 times, 1 visits today)

8 Responses to “Introduction à la Noetique”

  1. 1
    yann Says:

    Merci pour cet article Néo, je ne savais pas que cette « discipline » s’appelait comme ça. Dans mon pays on croit que quand les dirigeants fait « souffrir » le peuple, cela emmène des catastrophes naturelles (vrai ou faux … nous n’avons pas de preuves).
    Une hypothese intéressante serait de savoir si le désir de cohérence véhiculé par des vecteurs comme les médias ou par une certaine frange de la population n’a pas pour objectif de créer une certaine forme de réalité déformée de son moule original ou alors que la prise de conscience du monde ne déformera-t-elle pas à nouveau notre réalité.
    Mais ce n’est encore que des hypothèses.

  2. 2
    le boiteux Says:

    Je vois ! disait le malheureux aveugle.
    Il vaut mieux demander que collecter.
    Fin de transmission.

  3. 3
    twix Says:

    je fais un tpe sur la noétique peut tu me donner ton e-mail pour pouvoir en discuté
    merci d’avence!

  4. 4
    nadia Says:

    bonjour neo je suis une jeune pucelle de 20 ans en manque d’affection
    j attend bien sagement ke tu comble ce vide a l aide de ton gros marteau 😉

  5. 5
    Néo Trouvetout Says:

    @ Nadia c’est pas avec un « marteau » que tu va terminer ton tpe lol

  6. 6
    OUZ Says:

    slt néo je fais un tpe sur la noétique. Pourrais-tu me donner des informations supplémentaires sur le sujet via e-mail ou dans le meilleur des cas, convenir d’un rdv. Merci d’avance :).

  7. 7
    Néo trouvetout Says:

    @ Ouz
    il y a plus d’infos sur
    http://www.noetique.eu/
    @+
    NT

  8. 8
    ramzam Says:

    Bonjour,
    Je trouve ces études interessantes. J’ai moi-même orienté mon travail vers l’étude de l’intuition qui me semble recéler maints champs d’investigation. Je précise juste à propos des allegations faites au sujet de l’intrication quantique qu’il faut rester très prudent sur les interpretations de ces phénomènes. Libre aux artistes d’inventer des histoires en se fondant sur ce qu’ils ont cru comprendre des recherches, mais n’oublions pas, hommes et femmes de quête, que lors d’une intrication (souvent de photons) les fonctions d’onde des photons sont identiques, autrement dit, ils partagent certaines qualités physiques après avoir été mis en contact mais en aucun cas ils ne se téléportent ni n’échangent d’informations après l’intrication. En tout cas, pas dans l’état actuel des études; je vous renvoies à ce propos aux conférences d’Alain Aspect. Il ,’en reste pas moins que l’on peut imaginer que certaines particules/ondes ont peut-être la capacité de se « déplacer » à une vitesse supérieure à celle de la lumière, mais pour convenir d’une authenticité dans l’approche philosophique, essayons de ne pas mettre la charrue avant les boeufs…. ^^