Géobiologie et détection des champs énergétiques | Neotrouve

Géobiologie et détection des champs énergétiques


La géobiologie est l’étude de la totalité des influences de l’environnement sur le vivant, et surtout des ondes liées aux champs magnétiques et électriques, courants d’eau souterrains, réseaux métalliques, failles géologiques, etc. Les différents mouvements de matière ayant lieu au sein de la Terre, dont nous n’avons qu’une connaissance particulièrement partielle, produisent les ondes ou courants telluriques. Par définition, les géobiologues parlent d’ondes pour tout ce qui sort de la Terre et de courants pour ce qui reste à l’intérieur.

DETECTION
l’intérêt de la Géobiologie est de permettre d’objectiver ces énergies.
La détection de ces énergies se fait par la radiesthésie avec des instruments tels que la baguette de coudrier ou lecher. On peut mesurer à l’aide de divers instruments l’intensité vibratoire de ce phénomène avec un pendule et prendre la mesure avec l’échelle de Bovis, ou par notre corps lui-même suivant notre sensibilité vibratoire.

Plus récemment les Géobiologistes se sont mis à utiliser un instrument appelé Sonotest

Les rayonnements détectés au pendule ou aux baguettes peuvent ensuite être mis en évidence avec un géomagnétomètre, qui mesure la variation d’intensité du champ magnétique terrestre vertical : ces variations se situent entre quelques dizaines et quelques centaines de nanoTesla.

LE BIOCHAMP

Le biochamp est comme une multitude de couche qui se situe autour de nous.
Il existe des techniques de ressentit avec les mains.
Quand on est contact avec une énergie positive le biochamp se dilate, sinon il se contracte. Ceci peut se vérifier par les techniques manuelles.
Le Biochamp ou Bioénergie signifie ici  » énergie du vivant « , une énergie invisible, mais palpable, sensible et mesurable par divers procédés.
La bioénergie est le terme que l’on emploie pour décrire cette connaissance des forces de vie éthérique à l’œuvre dans la matière…
Comment ces forces se manifestent-elles ? Quelles lois les régissent ? De quelles façons pouvons-nous interagir ensemble…


Tout être vivant interagit avec les énergies cosmotelluriques en émettant un rayonnement électromagnétique et éthérique.
Cette énergie vitale, appelée « champ vital », est contenue dans une forme fractale ou « bulle aurique », dont la dimension varie constamment en fonction de notre environnement.

L’expérience montre qu’absolument TOUT à une influence sur le champ vital.

Stéphane Cardinaux a effectué des milliers de tests, sur des centaines de personnes, avec tout ce que l’on trouve dans notre environnement : personnes, matériaux de construction, cristaux, bijoux, médicaments, boissons, nourriture, rayonnements électromagnétiques, énergies telluriques, musiques, paroles, pensées, sentiments, gestes, dessins, formes, couleurs, etc…etc…

La dimension du champ vital peut varier considérablement d’une personne à l’autre.

Il dépend largement de notre hygiène de vie, de notre santé, de notre niveau de conscience et notre relation avec notre environnement.

► 10-30cm Proche de la mort

► 30-100cm Drogué et malade gravement atteint

► 100-140cm Personne très malade, très fatiguée, dépressive ou âgée

► 140-180cm Personne normale (la majorité des gens)

► 180-220cm Personne en pleine forme, sportive. Activités en plein air

► 220-270cm Bonne hygiène de vie, pratique d’arts martiaux, très sportif,

► 300-350cm Nouveau né

Les valeurs données correspondent à la bulle du champ vital, sans tenir compte des sous-couches.

Une grande énergie vitale peut être contenue dans un petit champ vital et offrir une protection plus efficace qu’un champ vital très vaste et peu dense.
C’est le cas, par exemple, d’une personne enveloppée, pleine d’énergie, mais assez réservée ou timide.

Un champ vitalp trop grand par rapport à l’énergie à disposition entraîne soit une diminution de sa dimension, soit une grande fatigue par perte d’énergie. Il s’agit donc de trouver un bon compromis.

Ceci est valable pour les personnes ayant un contrôle sur leur champ vital.

Pour les autres, le corps se charge lui-même de gérer dimension et énergie. En général, toute augmentation d’énergie vitale conduit à un élargissement du champ vital.

La dimension du champ vital est liée à notre conscience et à nos croyances.
La densité du champ vital est liée à nos actes et à l’entretien du corps.
Notre santé et notre résistance aux agressions dépendent essentiellement de la densité du champ vital.

LES RESEAUX
Il existe, dans la culture géobiologique, plusieurs réseaux (comme le réseau Hartmann qui quadrille la surface de la Terre ou le réseau Curry)
Les réseaux sont considérés, en généra plus ou moins « négatifs ».
En plus d’être mauvais pour l’organisme, ces réseaux sont capables de conduire la nocivité d’autres sources d’énergies négatives, comme le circuit électrique de votre maison, ou une faille…
Les réseaux sont un quadrillage de murs invisibles qui recouvrent la planète. Ayant une influence sur la pression de l’air, ils également facilement détectables avec un sonotest. Le sonotest est une sorte de diapason. Lorsqu’il franchit le mur d’un réseau, la pression de l’air étant différente, la qualité du son change. Lorsque le sonotest est relié à un oscilloscope, les bordures des réseaux s’affichent directement à l’écran. Mais rien de tel qu’un ressenti bien éduqué pour les détecter. Ils sont en résonance avec divers métaux de la terre. Leur polarité positive ou négative a une incidence sur notre champ vital. Ils ont chacun leurs particularités, leurs dimensions et leurs fréquences. Ils activent certains de nos chakras ou centres énergétiques. Leur trame est soit cardinale, c’est-à-dire orientée Nord-Sud Est-Ouest, soit diagonale. La polarité des réseaux alterne systématiquement.
Les réseaux sont assez sensibles aux reliefs, aux failles, aux cours d’eau souterrains, ce qui fait que très souvent, ils ne sont pas exactement cardinaux ou diagonaux, mais changent légèrement d’azimut.
Le réseau Hartmann influe d’avantage sur l’énergie vitale du sujet (corps éthérique), d’ou dévitalisation, perte d’énergie, affaiblissement du système immunitaire, etc… donc maladie, tôt ou tard.
Le réseau curry, lui est plus subtil… c’est peut-être pour cela qu’un grand nombre de Géobiologistes le laissent de côté.
Il influe d’avantage sur le corps astral, donc les sujets sous le rayonnement du Curry auront d’avantage de perturbations du côté psychique.(problèmes de concentration, de nervosité excessive, mais aussi et surtout, dépression, angoisses, etc…)
Pouir les Géobiologistes, il semble exister une convention non-expliquée d’utiliser seulement les réseaux Hartmann et Curry. Avec ces réseaux, on peut définir une grille assez complète des lieux sans surcharger. De plus, les courants d’eau, les failles telluriques (sèches ou humides), les affaissements, etc. sont ajoutés. Ensuite viennent, toutes les perturbations créées par l’homme: électricité, micro-ondes, radar, faisceaux hertziens, etc. En ne considérant que ces deux réseaux, donc, la carte dessinée reste plus claire et il est plus facile d’y apporter les solutions.

LES CHEMINEES COSMOTELLURIQUES
Cosmo-Tellurique signifiant : tout ce qui vient du ciel (cosmo) et de la terre (tellurique).
En effet, nous, les êtres vivant sur cette planète, baignons dans une multitude de forces.
Certaines de ces forces viennent de la terre, la force d’apesanteur, le champ électromagnétique de la terre…, et d’autres viennent de l’espace (du ciel), les forces de gravités liées aux planètes comme la lune ou le soleil, le champ électromagnétique du soleil…
Les cheminées cosmotelluriques servent à la respiration de la terre. Elles ont un mouvement alternativement ascendant ou descendant.
Il parait qu’il faut se débarrasser des cheminées cosmo telluriques qui se trouvent à l’intérieur d’une habitation. Car celles-ci ont tendance à vouloir imposer leur rytme respiratoire.
Elle peuvent également avoir des bras. Certains pensent même qu’elle seraient des entités du « plan éthérique » vivant entre 70 et 200 m sous terre. Les cheminées permettraient alors une communication néfaste avec la surface…
Des géobiologues suisses ont déterminé sur des crop circles que le centre correspond à une puissante cheminée cosmo-tellurique à 6 bras et un vortex de niveau 1 (site de Stéphane Cardinaux http:// http://www.geniedulieu.ch/index.html, section Dossier). Le blé est plié sans être brisé comme si on avait appliqué une énergie à basse fréquence pour casser la structure. Quel élément «naturel» peut servir de canal entre le bas et le haut pour irradier des ondes, les cheminées.
La croix celtique reproduit le schéma d’une cheminée cosmotellurique à quatre bras vue du dessus, et l’on retrouve ce type de cheminées sur les anciens lieux sacrés des Celtes de façon systématique.
Elles jouent un rôle important dans les équilibres énergétiques de notre Terre.
Pour cette raison, les personnes qui travaillent avec ces énergies doivent respecter un certain nombre de précautions et de techniques en étant fidèles à une stricte déontologie lors de l’harmonisation de ces énergies.


LIEUX SACRES ET VORTEX

Les anciens bâtisseurs canalisaient les énergies présentent sur certains
lieux, ceci créait des vortex d’énergie artificiel dans les lieux sacrés afin de
monter le taux vibratoire (par exemple au Mont Saint-Michel, le chœur de
l’église est situé au croisement de plusieurs failles et d’un courant d’eau
créant ainsi une cheminé ou un vortex d’énergie pour l’officiant). Le vortex a
plus l’apparence de deux spirales reliées entre elles. On retrouve des vortex
dans tous les lieux de culte anciens.
Pour arriver sur un lieu « sacré » il est préférable de franchir de façon consciente des paliers. Cela correspond exactement aux paliers des plongeurs dans l’eau. La pression (le taux vibratoire) augmente il faut donc que leur corps s’habitue et donc ils respectent des pauses.
Les vortex ont l’apparence de deux spirales reliées entre elles. C’est le phénomène tellurique le plus puissant, utilisé dans pratiquement tous les lieux de culte des Anciens.
Le lien énergétique entre les deux spirales a une longueur qui varie entre 50 et 1500 m. On dit que la cathédrale de Chartres comporte à la fois un puissant courant tellurique et un vortex.On peut se rendre sur les lieux sacrés pour s’habituer à les ressentir (également les dolmens et autres), on est quasiement sûr qu’il y a quelque chose là.
Il y aurait des cheminée dans les églises et cathédrales, au niveau de l’autel principale il y a toujours une grosse cheminée, parfois accompagné d’un vortex. Au niveau du choeur il y a également une cheminée, au niveau des autres petits autels (s’il y en a), souvent au niveau des statuts et au centre des cours, parfois au centre des piéces.
Une cheminée peut être confondue avec un vortex au ressenti, il faut savoir que
le vortex est lui plus grand et plus de deux fois puissants en moyenne, Les
cheminées cosmo-telluriques sont aussi maniables et peuvent être positionnées
sur demande.

 

Sources consultées :
http://gardiensdelaterre.over-blog.com/pages/Reseaux-987984.html
http://renaud91.free.fr/Radiesthesie/fr/lesNuisances.html
http://geobiologie.over-blog.org/pages/Que_signifie_franchir_une_porte_en_geobiologie-423355.html
http://www.altermedoc.com/geobiologie_(radiesthesie).php
http://www.shamballa-institute.ch/cheminees_cosmotelluriques.html
http://www.shamballa-institute.ch/reseau_hartmann.html
http://www.geniedulieu.ch/rubrique.php3?id_rubrique=8
http://geobioetmagnetisme.free.fr/geobiologie/cheminee-cosmo-tellurique-vortex-courant-tellurique.htm
http://www.uncorpsavivre.com/le-champ-vital-ou-biochamp-pxl-28.html

(Visited 2 111 times, 1 visits today)

8 Responses to “Géobiologie et détection des champs énergétiques”

  1. 1
    yann Says:

    Waou!!!
    je ne savais pas qu’il y avait autant de choses sur ce domaine que je commence à apprécier.
    Merci Néo

  2. 2
    Néo Trouvetou Says:

    et il y a ça aussi
    http://www.scribd.com/doc/22249499/Geometries-Sacrees-Tomes-1-CARDINAUX-Stephane

  3. 3
    yann Says:

    Merci Néo,
    Je l’ai téléchargé et je l’ai dévoré avec beaucoup de plaisir et cela m’a fait découvrir de nouveaux horizons.
    J’étais étonné et heureux de découvrir que des personnes peuvent voir les esprits de la nature de cette manière et surtout y apporter des elements permettant d’enrichir cette manière de ressentir les choses. Cela m’a permis de découvrir l’ancien savoir je dirai.
    A Madagascar, les esprits de la nature sont vus avec généralement beaucoup de peur et de superstition. On parle fréquemment de fé(es), de sirène et des personnages protecteurs qui viennent dans les rêves fréquemment, prévenir d’un danger….

  4. 4
    Neo Trouvetou Says:

    le gars a l’air assez doué oui, sinon pour tout un catalogue des entités il y a le volume 2 : la Bioénergie du même auteur.
    Il parle des fées des elfes, même des reptiliens et autres insectoïdes !

    @+
    NT

  5. 5
    Neo Trouvetou Says:

    mais c’est un domaine très vaste je n’ai fait que le survoler, je pense qu’il faut surtout beaucoup pratiquer mais ça me dirait bien d’essayer ce sonostest
    @+
    NT

  6. 6
    Enki Belen Says:

    Bonjour à tous.

    Je tenais également à citer Georges Prat qui a effectué un travail remarquable sur la géobiologie à travers l’étude des monuments religieux. Selon lui, ceux-ci sont construits pour tirer parti de l’énergie générer par les failles géobiologiques.

    Sur la base de ses travaux que j’ai synthétisé, j’ai rédigé un article dans lequel il est question comparer le processus d’activation des monuments religieux et celui des éruptions volcaniques.

    http://enkibelen.iblogger.org/2010/275/les-monuments-religieux-et-les-eruptions-volcaniques/

    PS : Un grand merci à Néo pour la diffusion de mon ouvrage !

  7. 7
    yann Says:

    néo, je ne sais si tu as remarqué, mais l’écriture PHI (cercle avec un trait au milieu) ou le nombre d’or est une caractéristique de la chine qui se dit l’empire du milieu. le terme milieu s’écrit presque de la même manière que PHI en chinois.
    pour preuve traduire avec translate.google.com le terme « milieu » du français vers le chinois traditionnel…

    étrange coïncidence non?

  8. 8
    Jorg Says:

    Détection des ondes nocives, géobiologie et médecine de l’habitat
    Pour détecter les ondes nocives émises par les failles géologiques, les cours d’eau souterrains et les mauvaises radiations telluriques, le sourcier-géobiologue observera d’abord les arbres et les plantes poussant dans l’environnement immédiat de l’habitation qu’il veut analyser.

    Si les arbres sont vrillés ou tordus, si l’environnement est envahi par les ronces, églantiers, roseaux, joncs, chardons et orties, si sur le terrain poussent sureaux, saules ou peupliers, il saura qu’il est en présence d’une zone géopathogène. Il fera ensuite le tour de la maison pour vérifier s’il n’y a pas de fissures verticales sur les murs qui sont souvent provoquées par un passage de cours d’eau souterrain.

    En arrivant dans la maison, il devra effectuer dans chaque pièce les différentes mesures radiesthésiques à savoir, la mesure de la vibration, vibration-couleur, pourcentage de magnétisme, rapport cosmo-tellurique, plan et monde vibratoire à l’aide d’un pendule et de petits tableaux gradués. Après avoir constaté la nocivité des lieux, éventuellement fait déplacer les lits, le divan et les fauteuils en zone neutre, il placera un dispositif d’harmonisation cosmo-tellurique à l’endroit adéquat, puis il reprendra les mesures pour vérifier si celles ci sont meilleures.

    La géobiologie est une nouvelle discipline qui étudie les influences de notre environnement immédiat sur la santé des plantes des animaux et des humains.

    L’équilibre cosmo-tellurique est influencé par le Soleil, la Lune, les solstices, équinoxes, éruptions volcaniques, tremblements de terre, éclipses, alignements de planètes ou passages de comètes.

    Nos lieux de travail ou d’habitation peuvent être perturbés par des failles géologiques, des cours d’eau souterrains du gaz émanant du sous-sol comme le radon, par de la radioactivité ou par les lignes à très haute tension. Une zone géopathogène peut amener une rupture de l’équilibre cosmo-tellurique et générer des ondes nocives. Les personnes vivant dans ces zones perturbées peuvent devenir malades de leur environnement.

    Les Anciens connaissaient ces mauvais terrains où rien ne poussait et évitaient d’y construire leurs étables, écuries et habitations. Ils isolaient leurs constructions de l’humidité en remplissant les planchers de scories, de journaux empilés ou de torchis. En agissant ainsi ils isolaient en même temps sans le savoir leurs habitations des rayons telluriques générateurs d’ondes nocives.

    Ces radiations invisibles qui traversent l’acier ou le béton pour irradier habitations et lieux de travail peuvent au bout de sept ans être à l’origine de troubles graves de la santé et provoquer des maladies.

    Si vous souffrez d’insomnies, de rhumatismes, d’arthrose, de maux de tête inexpliqués, de manque de calcium, de magnésium, de zinc ou de fer, si vous souffrez de problèmes cardiaques, que vous vous réveillez plus fatigués au lever qu’au coucher, si vous souffrez de dépression nerveuse, faites appel à un géobiologue compétent qui viendra analyser votre maison, votre appartement ou votre bureau. Il vérifiera à l’aide de ses instruments si les lits, fauteuils, divans ou chaises de bureau ne sont pas placés à la verticale d’un cours d’eau souterrain ou sur un croisement de rayons telluriques et les fera déplacer s’il le faut. Pour équilibrer la zone perturbée, il placera un dispositif d’harmonisation cosmo-tellurique efficace à l’endroit qu’il jugera adéquat.