Mystère des carrés magiques et du nombre solaire 666 | Neotrouve
mac new mac casino euro-online.org

Mystère des carrés magiques et du nombre solaire 666

Les « Sceaux des planètes » sont des talismans populaires avant l’ère chrétienne dans l’antiquité babylonienne.  Ce sont en fait ce qu’on appelle des carrés magiques qui existent pour chacune des planètes, Saturne, Jupiter, Mars, Vénus, Mercure et la Lune, qui sont tous connu depuis des siècles.  De même il existe un carré magique du Soleil qui est le Sceau Majeur.

Ces représentations que l’ont a retrouvé sous forme de gravures et de médailles sont intéressantes parce que le sceau contenant « le numéro de Grand Soleil » contient le nombre très sacré 36 sous laforme d’un carré 6 × 6 avec les chiffres de 1 à 36 disposés de manière à ce qu’ils puissent être ajouté dans toutes les directions,avec au total de l’ensemble le nombre 666.

Le dieu-soleil était considéré comme le dirigeant des 36 constellations du ciel et des 36 chambres du cercle du zodiaque, il était inévitable que la somme des nombres de 1 à 36, le nombre 666 aurait dû être attribué au soleil, régnant sur sur tous les dieux du ciel et la terre.

Les astrologues Babyloniens ont divisé les cieux étoilés en 36 constellations (dix jours chacune). Ils ont été représentés par des amulettes différentes appelées « sigilla Solis », ou « sceau du soleil ». Ces amulettes étaient portés par les prêtres païens et qu’ils contenaient tous les numéros de 1 à 36 .  Grâce à ces chiffres ils prétendaient être en mesure de prédire les événements futurs. Ces amulettes étaient généralement faites d’or, le jaune étant la couleur du soleil. Ces amulettes  étaient enveloppée dans la soie jaune, ainsi, on jugeait que le porteur recevrait ainsi une puissance bienfaisantes qu’on attribuait à ce bijou.

Il était apparament bien connu à la cours du Roi Louis XIV aussi appelé Roi Soleil…

A la séance du mardi 13 décembre 1701 l’Académie royale des Inscriptions et Médailles décrivait en ces termes le talisman offert à Louis XIV par Louis Victor MArie duc d’Aumont. « La médaille donnée au Roy est un talisma ou une image consacré sous un certain horoscope afin qu’elle ai l’efft que s’est proposé celui qui en est l’auteur. Cette science naturelle qui est une dépendance de l’Astrologie judiciaire a esté fort estimée autrefois des Caldéens et des Egyptiens, c’est d’eux que les juifs cabalistes et Arabes l’ont tirée. Il est certain que ce Talisma a esté fait pour le Roy nostre maistre car l’image représente le Roy de France »


« le Roy a le Soleil sur la teste touchant immédiatement sa couronne ; la médaille a pour toute légende le mot SOL qui fait voir que l’Autheur du Talisma,n a voulu sôumettre ce prince à l’Ascendance du Soleil »

Ce talisman outre ses pouvoir supposés « magiques » possède des propriétés mathématiques particulières.

 

Que l’on faisse l’ajout des numéros d’une même colonne, soit horizontalement ou verticalement, ainsi que de ses deux diagonales , le total est le même -. 111 La somme des six colonnes, soit horizontalement ou verticalement, est 666. Les illustrations ci-dessous sont tirées d’amulettes réelles au Musée de Berlin.

 

Ces « carré magiques » du Soleil de 6 × 6 contiennent les 36 premiers nombres disposés de telle manière que sur chaque ligne de nombres, la sommes des chiffres ajoutés horizontalement, verticalement ou en diagonale d’un coin à, donnera le « numéro de l’énergie solaire » 111. Le carré magique est donc égale à toute 666, un nombre qui était important chez les premiers mystiques chrétiens. En hébreu, la Kabbale, les noms de l’intelligence du Soleil et de l’Esprit du Soleil ont été conçus pour correspondre à 111 et 666 respectivement. Comme 888, 666 est un nombre important musicalement. 0.666 est la ration de la quinte, l’intervalle de la plus puissante harmonique. –

 Illustration tirées de « Jésus-Christ, Soleil de Dieu » (Fidler)

« La deuxième illustration est également un sceau solaire, mais il honore la Basilisco étoilé »s, qui était le diminutif du grec basileus (roi), signifiant ainsi la même que celle du latin » régule « .  Regulus ou Rigel étant la seule première étoile de magnitude dans la constellation du Lion. Le soleil et la lune sont encore clairement visibles sur cette amulette, et sur le côté inverse est le même arrangement de chiffres, avec le chiffre réel étant donné du 666 au total. « 

La partie inférieure de la pièce montre la conjonction du Soleil, de la Lune et l’étoile Régulus dans la constellation du Lion, conjonction qui a eu lieu le 19 Août 1705.

Donc, 666 est un numéro associé à païenne le culte du soleil, qui trouve son origine dans les mystères de l’ancienne Babylone païenne. Dans l’Apocalypse, 666 est associé au numéro de la bête (de la mer), l’Antichrist, et l’église prostituée qui porte le nom d’un mystère : Babylone.

Ce «carré magique du soleil» est aussi associée à la «pierre philosophale»:

La pierre philosophale est associée à l’hexagramme … un symbole qui revient maintes et maintes fois dans le cadre du numéro 666.

Le Hexagram de la Terre représente l’énergie solaire qui fait la matière concrète que nous pouvons nous déplacer et de toucher, en un mot, la pierre philosophale.

Dr John Dee, astrologue de la cour de la reine Elizabeth I, dans son livre «  Monade hiéroglyphique », fait la remarque suivante:

«Le double triangle est interprété par les kabbalistes juifs comme le sceau de Salomon  […] , le mystère des mystères, une synthèse géométrique de toute doctrine occulte. Les deux triangles entrelacés […] contiennent le «quadrature du cercle, la « Pierre des Philosophes des, «les grands problèmes de la vie et la mort, le mystère du Mal.

Les Babyloniens, qui a inventé le zodiaque, ont examiné chacun des douze signes au cours des douze mois de l’année. Ils ont en outre divisé chacune des 12 maisons en 3 chambres. 12 x 3 = 36.

Chacun des 36 « dieux » désignés régnaient sur ses propres 10 degrés du zodiaque soit 360 ​​et sur les 10 jours de l’année de 360 ​​jours zodiacale. On a cru qu’aucun dieu ne vous frapperait si vous portiez son amulette. Il vous incombait donc d’invoquer les numéros de chacun des dieux. Le nombre qui les englobe tous est 666. Une amulette qui contenait l’ensemble de ces chiffres permettait d’assurer la faveur de tous les dieux, n’importe où, n’importe quand.

Bien évidemment, le « 666 » a existé dans les religions depuis l’antiquité ancienne. Donc, il faut alors s’interroger sur comment cela est arrivé à dire tellement. Dans les religions antiques, « dieu » avait un triple aspect pour eux, qui était « le créateur, le mainteneur, et le destructeur. »

Selon le livre chinois Yih King, l’Empereur Yü marchait le long du fleuve légendaire Lo. Une tortue sacrée sortit du fleuve. Il vit sur sa carapace neuf nombres, disposés en grille trois par trois… Les neuf nombres étaient disposés en carré, de façon telle que la somme des termes de chacune des lignes horizontales, verticales ou diagonales était toujours 15. Le symbolisme de la grille fut étendu pour établir des connexions entre les nombres et les cinq animaux célestes (Le Dragon, le Tigre, le Phoenix, le Serpent et la Tortue).
Après plusieurs siècles, le carré magique 3×3 fait son chemin hors de Chine et en Inde. De l’Inde, il a voyagé en Arabie et dans l’Europe médiévale. Depuis, les carrés magiques ont fasciné l’humanité à travers les âges, et ont été en usage depuis plus de 4120 ans. Ils se retrouvent ainsi dans un certain nombre de cultures (Egypte, Inde) gravés sur la pierre ou le métal et portés comme talismans, la conviction étant que les carrés magiques ont des qualités astrologiques et divinatoires, leur utilisation assurant la longévité et la prévention des maladies. Au 9e siècle, les astrologues arabes ont utilisé des carrés magiques pour interpréter les horoscopes.
Le carré magique 3×3 a été utilisé dans le cadre de rituels du temps de l’Inde védique, et continue à être utilisé jusqu’à ce jour en Inde, sous la forme d’un carré magique d’ordre 3 mais avec le 19 ajouté à chaque nombre, ce qui donne une constante magique de 72.
En Egypte, les carrés magiques ont été utilisés pour représenter la différence entre ordre et chaos. Les carrés constitués de deux ou quatre cellules représentaient le chaos, car ils étaient incapables de former des carrés magiques. Les carrés magiques de 3×3 ou plus ont été consacrés au soleil, à la lune et aux planètes sous forme de talismans. Les talismans été constitués en prenant un carré magique et en le placant dans un polygone dont le nombre de côtés était égal à la racine du carré (c’est-à-dire un carré magique 3×3 était placé dans un triangle, un 5×5 était placé dans un pentagone, etc. …). Ces polygones ont été ensuite placés dans un cercle, et entre les côtés du polygone et le cercle ont été inscrits les signes du zodiaque. Ensuite, le «bon» ou «mauvais» nom de la correspondant planète était écrit sur le talisman. Selon la rumeur, Pythagore, qui voyagea à travers l’Égypte à ce moment-là (500 avant J.-C.), a été fortement influencée par la philosophie égyptienne des nombres et des carrés magiques.

Si on fait le rapprochement entre le soleil et ses mouvements, 666 et 36, en numérologie vous avez ce qu’on appelle le carré magique solaire,

 

Le plus étonnant est lorsque cela rejoint les démonstrations de la Gématrie Française à partir laquelle, un de ses principaux chercheurs, Pascal Vieillard, diffusa l’analyse suivante sur le Net, à la fin du 20ème siècle en utilisant la table de 9.

 

Soit la correspondance Gématrique parfaite entre Lucifer et Jésus :

L U C I F E R
108+ 189+ 27+ 81+ 54+ 45+ 162
= 666
et
JESUS
90+ 45+ 171+ 189+ 171
= 666

 

on trouve également toujours en table de 9 des correspondances identique pour le nom de Mahomet en arabe.

MUHAMMAD = 666

mais aussi

SATANS = 666

notez le pluriel des satans

Il existe aussi une correspondance mais cette fois ci en utilisant la table de 6  avec le nom Hébreux de Moïse a savoir :

MOCHE BEN AMRAM = 666

Il s’agit d’un calcul en base 6 (A=6, B=12 etc…). Peut être cela a t il un rapport avec le fait que dans le système sumérien on compte en base 6. D’ailleurs comme par hasard ILLUSION = 666 en base 6…

Dans 1 Rois 10:14, Ancien Testament, il y a une histoire du roi Salomon recevant 666 pièces d’or.
Salomon était Sol-om-on. Sol est le mot latin pour Soleil ; Om est le mot hindou pour la force créatrice ; et On est le nom du Soleil en Egypte. Les Grecs l’appelaient Héliopolis, mais les Egyptiens appelaient la Ville du Soleil On.

Ce qui est également étonnant est que  le nombre 666 a 12 diviseurs {1, 2, 3, 6, 9, 18, 37, 74, 111, 222, 333, 666}

Hors dans les mythologies: le Christ, Bouddha, Balder, Horus, Bacchus, Dyonisos, Attis, Mithra, …) dispose de 12 disciples, ou 12 signes du zodiaque.

Ainsi on peut multiplier les exemple pour démontrer que le 666 a été très présent dans l’élaboration de la « matrice des religions » à la fois pour son rayonnement, son pouvoir de fascination et son  ambivalence.

 

Source : http://www.satan4u.8m.com/history/666.html
http://www.symbolicliving.com/forum/forum.php
http://www.nouvelordremondial.cc/2011/08/26/en-rapport-au-nombre-666/
http://blog.world-mysteries.com/science/the-flower-of-life/
http://blog.world-mysteries.com/science/sacred-geometry/
http://www.spirasolaris.ca/
http://www.rense.com/RodinAerodynamics.htm
http://www.goldennumber.net

http://cosmos2000.chez.com/Nombres/666CarreDiable.html

Source:

(Visited 4 120 times, 19 visits today)

19 Responses to “Mystère des carrés magiques et du nombre solaire 666”

  1. 1
    M1-ZUX Says:

    Pascal veillard n’a fais aucune decouverte,il l’a simplement mis en avant la guematrie sur internet…Trés bonne initiative.

  2. 2
    Néo Trouvetout Says:

    c’est rectifié n’empêche que c’est bien sur son site que j’ai trouvé cette info sur JESUS=LUCIFER=666 présenté comme LA révélation de la Gématrie Française

  3. 3
    Physio Says:

    Merci pour ce partage très intéressant !!!

    En ce qui concerne LUCIFER et JESUS cela n’est pas étonnant 😉

    LUCIFER n’est pas SATAN ! Ce sont 2 personnages distincts. Par la suite LUCIFER (Le porteur de lumière, celui qui l’a donné aux hommes et femmes) est devenu SATAN parce que les scribes de la Bible avait le besoin de créer un tronc commun.

    Dans les récits sumériens ENKI est LUCIFER c’est lui qui à apporté la connaissance aux hommes afin qu’ils puissent se défaire de l’emprise des Dieux. Cela lui a d’ailleurs beaucoup coûté puisse qu’il fut défait du panthéon des Dieux qui régnaient sur Terre, puis « condamné » à vivre dans l’Abzu (le monde souterrain, la terre creuse). C’est pour cela que Osiris (qui est également ENKI) est le Dieu qui règne sur le monde souterrain 😉

  4. 4
    zef Says:

    ça c’est une belle connerie

  5. 5
    Physio Says:

    De quelle connerie parles-tu Zef ???

  6. 6
    zef Says:

    on ne voit que ce que l’on veut voir, nous creons nos réalité a volonté;

  7. 7
    Physio Says:

    Oui en effet, mais quel rapport avec l’article ?

  8. 8
    kathy Says:

    Jésus se présente lui-même comme « l’étoile du matin » dans la Bible. L’étoile du matin = Vénus la planète du désir = Lucifer.

    Et Physio a raison : Satan et Lucifer expriment deux forces bien distinctes, rassemblées par une chrétienté en quête de ses propres repères à travers l’histoire secrète. Mais associer les deux donne un grave amalgame – certainement entretenu et voulu – car Satan est associé lui à la planète Saturne, et représente la force de destruction dans ce qu’elle a de plus pure – là où donc Lucifer/Vénus invente les plaisirs et les tourments du désir, de la convoitise. Autrement dit « Satan » détruit – ou essaye en tout cas – tout ce qui a attrait à l’esprit qui influence la matière positivement. Cette force négative permet à la vie de devoir se soulever pour se surpasser elle-même, car si le mal gagne si souvent sur Terre, ce n’est qu’une illusion, pour que le jeu virtuel de l’humanité soit parfait : seul l’Amour existe réellement. Rien d’autre.

  9. 9
    Michele Says:

    De Lucifer à « Laisser faire »

    Version imprimable
    Envoyer par courriel

    mardi 8 juin 2010 par vieux jade

    (Source : vieux jade)

    Nous sommes dans une boîte, non ?

    L’alphabet hébreu et la Genèse commencent par la lettre Beith. La création, le contenant. « Boîte » sonne presque pareil.

    Aleph est hors-jeu. Le créateur, le rêveur, le moyeu dont tout ce qui existe est une extension.

    Cette boîte, certains ne la perçoivent pas. Pour eux, c’est le monde normal, indiscutable. Pourquoi le mettre en questions ? On naît, on bosse, on se reproduit, on crève, et ça recommence. Parfaitement naturel. Organique nique nique. C’est comme ça. Ça ne changera pas. Faut s’y faire.

    L’adversaire de Fauxcifer, c’est Lucifer. Faut s’y faire, notre pire ennemi, l’acceptation et l’extension dans la pesanteur, c’est Satan. Lucifer, jeté sur terre au monde de la pesanteur n’accepte pas l’enfermement. C’est lui, le rebelle, qui bout en nous et cherche à sortir de la boîte. C’est la raison pour laquelle on faisait des jouets comme cela au XIXème siècle, des boîtes dans lesquelles il y avait d’affreux diables sur un gros ressort comprimé par le couvercle. Ça faisait un choc.

    Il y a une expression anglaise pour ça : Jack in the box.

    Alors, pour ceux qui ne veulent pas s’y faire, qui refusent d’être englués dans ce monde, il y a la révolte. Jack balance le couvercle, mais reste attaché au fond par le ressort en spirale. Ça tend. Un jouet initiatique, je vous le répète.

    Alors, que faire, quand on est fermé dans une boîte, attaché au fond, et qu’on veut malgré tout sortir, prendre l’air, la tangente ?

    Trouver la porte.

    Toutes les traditions ont cherché, trouvé et transmis des indications à ce sujet.

    Tout est sous nos yeux, écrit en énormes lettres, que nul (ou presque) ne voit. Il y a tellement de choses à voir entre le tennis, le pénis, le foot, le foutre et lèse-Un faux.

    Le Christ disait de Lui, au chapitre X des évangiles de Luc et Jean : Je suis la Porte, le chemin, la Vie. La porte, la Voie étroite.

    Le Christ était représenté en roi, non pas en esclave vaincu, jusqu’au XIIème ou XIIIème siècle, précédé ou entouré des quatre évangélistes, des quatre animaux qui constituent le tétramorphe, formant un X.

    Ces esprits animaux, parfois trois, formaient également les sphinX et les keroubim qui gardent les portes. Portes des temples, portes du paradis.

    Si le Christ est la porte, Lucifer est le moteur. Sans révolte initiale, l’homme reste un légume comme un autre. Lucifer est l’étage sulfureux et puant qui arrache la fusée à l’attraction terrestre. Mais seul, en l’état, il ne passera pas les portes. Il lui faut être transmuté, perdre son noir, jeter son feu vulgaire.

    C’est ce que représente la lettre X, dit en héraldique : « le Sautoir ». Si vous avez sous la main « le Crabe aux pinces d’Or », vous verrez en pages 43, 44, 45, les portes de l’entrepôt où est enlevé Haddock, pleines de X. Sur les mêmes pages, les « x » fourmillent dans le texte : taxi, dépanneuse LuXor. Tintin dit aller à l’institut Pasteur, pour y faire quoi ? Un vaXin contre la rage. Contre la colère, bien sûr. Dans les caves d’Omar, ivre des vapeurs de la connaissance, il répète : ksss, ksss, ce qui fait évidemment X, encore.

    Il est entré dans ces caves par un tonneau, dont on voit l’intérieur. C’est un sphincter, du grec sphinctos, étroit, resserré aux bouts. Ça rappelle bien sûr la porte étroite et les sphinx.

    X évoque le mystère, l’inconnu, et la fin d’une série. X est une abréviation du Christ en anglais (X-mas). Et c’est la croix de Saint André, Saint Anthropos, l’homme sanctifié.

    Le mot « sautoir » évoque la multiplication, donc le changement de monde.

    X, 10 est également le résultat du triangle formé par 1, 2, 3 et 4 à l’aller, 4, 3, 2, et 1, au retour.

    Mais tout coexiste. Beith est sous le signe de Saturne, l’épreuve, le temps. Aleph est partout chez lui. Il est le Tout, qui transcende le temps.

    Ce qui entre ressort après une conversion, une transmutation, par la porte étroite. Ce qui entre par l’Alpha, la bouche, sort par l’Oméga, le sphincter. Il doit nécessairement faire ce voyage d’un bout à l’autre. Digéré, c’est à dire réparti dans deux directions différentes.

    Ça remue ? Ça pue ? Oui. Ce qui est lourd tombera à terre pour y faire du fumier qui servira à d’autres semailles.

    Ce qui est léger remontera et trouvera un autre sphincter, celui dont les gardiens ont des ailes. La porte du Royaume. Le chakra aux mille pétales. Milletiplié.

    Observons la lettre X. Elle est comme un sablier. Le passage entre les deux vases est étroit. Comme l’étaient les hanches maternelles. Pour nous y préparer, au huitième mois, nous nous sommes retournés. Conversion. Ce qui nous fait accéder au Royaume est un jour étroit. On fait ceinture. Sainture. Un jour et trois. Comme dans trépas, trois pas. Le passage a lieu sur trois plans simultanément. Physique, émotionnel, mental.

    C’est toujours dans les épreuves que nous avançons. Ou reculons. Le plus souvent, la progression passe par une régression. Ne pas avoir peur ou se sentir coupable de la régression. Un pas en arrière, deux pas en avant. Parfois deux pas en arrière.

    Qu’importe. Mouvement de l’archer qui tire la flèche en arrière, du bûcheron qui prend son élan. Si le coup et manqué mais que le cap demeure, c’est une réserve d’énergie pour recommencer. Encore, et encore. Tout ce qui s’oppose à cela est culpabilisation, un poids supplémentaire que nul n’est obligé de porter.

    Si la régression est souvent nécessaire pour percevoir les liens non défaits, la complaisance au stade anal est pathologique. Il s’agit de reculer pour mieux sauter. Pas pour s’enliser.

    Presque tout l’acquis des religions est un poids, et presque rien, quelques bribes qui ont survécu aux critères humains, une aide. Tout ce qui est de l’ordre de la culpabilisation est satanique, un poids supplémentaire. La libération et l’accomplissement sont empêchés par le surpoids. Se libérer du passé et de la culpabilité rappelle la parole de Bouddha : quand on a traversé un fleuve au moyen d’une barque, il serait stupide de porter ensuite la barque sur notre dos. Au diable (c’est le mot juste) le regret, le remords, la culpabilité, tout ce qui pèse.

     » Voyager léger  » pourrait être un mantra.

    Nous avons le choix. Nous sommes libres. De dire oui, ou non. Avec notre tête. Nous ne sommes pas d’accord avec ce qui vient. Nous n’en voulons pas. Nous ne voulons pas entrer dans ce trou noir, inconnu, étroit qui vient à nous. Nous convertir.

    D’après ce que j’ai lu, car je n’ai pas fait l’expérience moi-même, sous ayahuasca, les candidats sont avalés par un serpent. Peu engageant, certes. Mais cette terrifiante invite est la porte de la transformation et de la guérison.

    Beaucoup d’épisodes de nos existences sont des portes. Combien acceptons-nous d’en passer, en confiance ? Plus l’expérience est dure, amère, et plus son potentiel de transmutation est élevé.

    Un proverbe chinois dit que les dieux maudissent celui dont la vie est immobile.

    La seule malédiction, dans ce monde vient de la dualité : bien, mal. La tête. Qui fait : Oui, peut-être, oui mais, on verra, non. C’est moi qui décide. Sans la tête, on voyage beaucoup mieux.

    Couper la tête, vous dis-je. Avoir confiance. De Lucifer à laisser faire. De la colère à l’acceptation. De la révolte à la Sagesse. Dans cet ordre, les deux sont indispensables.

  10. 10
    zef Says:

    le rapport avec l’article est le suivant : on peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres, on peut trouver des 666 ou on veut; je l’avait bien en numero de compte bancaire suivi de la date des attentats des twin tower, lucifer ou je ne sais quel zozo n’y etait pour rien

  11. 11
    ol Says:

    si si c’est pascal vieillard qui a fait la découverte de la table de 9 reliée au 666 avec lucufer j »sus il est le révélateur

  12. 12
    encoremoi Says:

    y’en a qui savent rien et qui parle sans savoir
    c’est bien Pascal VIEILLARD non seulemnt il a découvert la table de 9 mais a fait connaitre au monde la GEMATRIE en 1999 avec le site http://gematrie.online.fr il y a eut certes des bavaardages à son sujet en 2002 il est sur la TV M6 pour présenter la gématrie et cette table de 9 dans l’emission NORMAL PARANORMAL, il a fait en cette année là plusieurs articles dans des magazines vendus en kiosque, il en a fait d’ailleurs 3 ou 4 sur un mag connu TOP SECRET alorssi vous ne le connaissez pas ne dite rien sur lui çà porte malheur dieu est avec pascal on le sait faite gaffe

  13. 13
    encoremoi Says:

    ouais néotrouve on se demande bien se que tu aas rectifié tu devrais le remettre parole de scout PV n’a rien mis en avant, en 1999 vous y étiez ??? surement pas alors parler pas de ce que vous ne connaissez pas !! c’est mieux ainsi et sa vous rapprtera beaucoup plus c’est enmerdant les on dit sur le net, c’est une des raisons que Pascal se tait sur Internet il a été prit pour ce qu’il n’est pas ;; on a cru en un gourou ou secte alors que ce n’est pas le cas ceux qui font aujourd’hui de la gématrie en français c’est grace a pascal, preuve en est des URL gématrie.online.fr et gematrie.com bon allez les gars arretez ergotiser çà n’apporte rien croyez moi

  14. 14
    w Says:

    encore autre chose le rapport matrice & gématrie fut fait en 1999 mais le sujet de PV a été mit de coté à cause du film bien connu, la liaison GEMATRIX est de Pascal lui met le rapport avec des textes d’un pape qui a vécu au 3eme siècle où l’auteur parle bien de la matice du monde qui régie le système, c’est un sujet aussi vieux que l’église chrétienne, çà vient des pères de l’église

    Pascal V = 666

    allez les mécréants (sauf néo) salut

  15. 15
    w Says:

    http://www.cabale.online.fr/mystique/BasesGematrie.pdf

  16. 16
    John_Titor2012fr Says:

    216, la machine dimensionnelle. Le voyage dans le temps 😉

    SATAN=55

    14+41=55

    la main gauche=14
    la main droite=41

    QUATRE UNS=41

    les quatres cavaliers de l’Apocalypse,

    LE CAVALIER BLANC= Napoléon, année 1807 (Arc de Triomphe du Carrousel)
    LE CAVALIER ROUGE=1848
    LE CAVALIER NOIR=1889 (Naissance d’Adolphe Hitler)
    LE CAVALIER VERT PALE=Clyde Tombaugh (tombeau), 1930

    (1807+1848+1889+1930)/4=1868 (le pendule de Foucault, indice 😉

    Quatres dates separées de 41 ans.

    Le 5 sceau= année 1971 (21 decembre 1971=fondation de MSF+catastrophe d’Argenteuil)
    Le 6 sceau=année2012 (21 decembre, inversion de l’axe des poles, NEMESIS)
    Le 7 sceau =2053

    CARROUSEL=LA SOURCE+R (18=6+6+6)

    Nostradamus a donné l’année 2012 mais en code parce qu’il connaissait les
    secrets du voyage dimensionnel:

    3997+2012=6009, encore le 69 🙂

    1503+3997=5500 (55×100)

    55=5×5=25=Y, le nombre pi 16+9

    Les dimensions sont comme des sillons dans un champ, on peut voyager avec les pommes d’or 😉

  17. 17
    DJL 93VIDEO Says:

    Merci pour cet article … intéressant fréro NEO ^^

    La numérologie est une science sacrée. Chaque religion a apporté ses propres sciences sacrées. Chaque religion a sa propre numérologie.

    Pour décrypter un talisman ou un artefact d’ordre sacré il faut se baser uniquement sur la science sacrée concernée et ne pas aller piocher à droite et à gauche dans les sciences sacrées d’autre civilisation … C de là que vient souvent les mauvaises interprétation … quand on décrypte un talisman hébreu, faut se baser uniquement sur les sciences sacrées juives, et donc ne pas piocher dans les sciences sacrées chinoises pour combler les trous !

  18. 18
    La verite Says:

    Mais le carre magique du 111 est faux car la somme des 4 coins donne pas 111

  19. 19
    franckp Says:

    Le 74 est aussi un nombre récurent dans ce carré magique: la somme des 4 coins, des 4 du centre, des 4 N/S et E/O autour du centre. 74*9=666 ; 74/2=37… les nombres sont tous magiques 🙂